Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2011

Le refus du sang est-ce la mort assurée ?

Le 8 novembre 2008, à l'assemblée nationale, M Brard a lancé cette accusation grave (sous l'immunité parlementaire) :

brard.jpg"La criminalité des Témoins de Jéhovah est bien établie, qu’il s’agisse (...) de la soustraction de patients à la transfusion sanguine même lorsque le pronostic vital est engagé.(...) Ce n’est que lorsque la pression se fait trop forte qu’ils passent la frontière pour aller se réfugier en Allemagne, par exemple, où il existe même une clinique tenue par les Témoins de Jéhovah ; dans cet établissement, la mort est garantie pour les cas que je viens d’évoquer, sans que les coupables aient jamais à répondre de leurs actes".

La mort est-elle vraiment 'garantie'  pour ceux qui se tourneraient vers des méthodes alternatives à la transfusion sanguine ? N'y a t'il qu'en Allemagne qu'on trouve des cliniques ou des hospitaux soignant sans transfusions ? Voyez ce qu'il en est en réalité.

Selon la loi de Kouchner de 2002, le simple fait de demander le transfert d'un hôpital vers un autre dans l'Union européenne est un droit exercé quotidiennement par des milliers de patients (quelque soit leur religion) dans l'hexagone; et heureusement pour eux ! La plupart des hôpitaux ne sont pas équipés de la même façon puisque certains sont plus spécifiés que d'autres pour différents types de chirurgies. C'est ainsi qu'en France on peut réaliser des opérations lourdes dans quelques cliniques sans faire appel au sang.

Selon des chiffres de 2007, en France, il y a plus de 2000 médecins, de toute spécialité médicale, disposés à soigner les Témoins de Jéhovah et leurs enfants dans le respect de leur conviction !

 De grandes avancées pour la médecine de demain

Par exemple, en ce qui concerne les leucémies aiguës myéloblastiques (LAM), "il a été réalisé des injections d’Epo en post-chimiothérapie avec une bonne efficacité et obtention d’une rémission complète" sur des patients Témoins de Jéhovah à Pessac (Gironde):

D'autre part, les Témoins de Jéhovah ont crée des "comités de Liaisons hospitaliers "(CLH) qui permettent d établir un dialogue entre le patient Témoins de Jéhovah et les médecins, et pour aider les médecins à soigner sans transfuser. A l’heure actuelle, il existe dans le monde plus de 1 500 CLH équipés pour fournir aux médecins et aux chercheurs de la documentation médicale rassemblée dans une base de données contenant plus de 3 000 articles relatifs à la médecine et à la chirurgie sans transfusion. Plus de 120 hôpitaux ont mis sur pied des services spécialisés dans la médecine et la chirurgie sans transfusion .En tout cela fait plus de 100 000 chirurgiens et médecins qui se sont engagés dans le monde a respecté les croyances des Témoins de Jéhovah et les soigner sans TSF...

Pourquoi ? Il faut savoir qu'en février 1996 s'est déroulé un colloque organisé par les Témoins de Jéhovah. Éric-Jean Desbois, chargé des relations avec la presse au sein de l'association AMS précisa quelque chose d'intéressant:

"Notre association s'intéresse de près au cas d'école posé par le patient Témoin de Jéhovah. Nous estimons que les Témoins de Jéhovah, par les exigences qu'ils posent sur le plan médical, ont permis d'améliorer de manière sensible certaines techniques d'épargne sanguine, de chirurgie et d'anesthésie ». Et le Pr Conseiller d'ajouter: « Parmi les médecins désireux d'organiser ce colloque, aucun n'avait la possibilité de le faire tout seul sur le plan logistique. Nous n'avions pas l'opportunité de l'organiser par le biais d'une société savante. Nous avons donc accepté d'être aidés, sur le plan de la logistique, par les Témoins de Jéhovah."
Le Pr Glorion précise : «Dans les années à venir, la chirurgie sans transfusion devrait connaître une évolution importante, pour des raisons financières d'une part, et dans l'intérêt des patients, d'autre part. C'est un domaine qui dépasse largement le simple cadre des Témoins de Jéhovah.» -Le " LE QUOTIDIEN DU MÉDECIN"(N° 5793, lundi 19 février 1996, p. 39).

 Succès dans certains cas extrêmes

  Aussi pour aller au fond des choses on peut dire qu'aujourd'hui on est en mesure de réaliser de très lourdes interventions chirurgicales sans TSF : sur les reins, le foie et même le cœur ; considérons quelques exemples parmi d'autres:

En Belgique grâce à une nouvelle machine les chirurgiens de l'HUDERF (hôpital public des enfants à Bruxelles) peuvent désormais opérer un bébé sans recourir aux transfusions sanguines grâce à un matériel miniature (ce qui représente 3 ou 4 cas par an) ! Bien sûr la presse en fait rarement écho.

En Espagne: "Quatorze Témoins de Jéhovah espagnols souffrant de lésions cardiaques congénitales ou acquises ont été opérés avec succès. Les chirurgiens en ont conclu que, “ sous circulation extracorporelle, on peut opérer efficacement de diverses malformations cardiaques un pourcentage important de ces malades, le non-recours à la transfusion n’entraînant pas d’augmentation sensible du taux de mortalité ”. — Revista Española de Cardiología, septembre-octobre 1981.

En Italie: Nicolas La Tosa, 15 ans, un Témoin de Modene, a subit une transplantation cardiaque avec succès grâce à l'utilisation des techniques alternatives à la transfusion sanguine-La Republica - Bologna page 1 Corriere della Sera, page 17

Au Canada: En 1996, un sondage a révélé que 89 % des Canadiens préféraient être soignés autrement qu’avec du sang provenant d’un donneur. “ Tous les patients ne refusent pas les transfusions homologues comme le font les TJ, lit-on dans une revue médicale (Journal of Vascular Surgery). Cependant, les risques de contamination et d’immunomodulation montrent clairement que nous devons trouver des solutions de remplacement pour tous nos patients. ”. "Il est possible d’effectuer des opérations cardiaques, vasculaires, gynécologiques, obstétriques et urologiques sans utiliser de sang ni de produits sanguins ”, écrit David Wong dans le Canadian Journal of Anaesthesia

Un témoin de Jéhovah de 49 ans souffrant de spondylarthrite ankylosante et d'une maladie hépatique terminale secondaire à une cholangite sclérosante a subi une greffe du foie !Aucun produit sanguin n'a été nécessaire et le patient a quitté l'hôpital trois semaines après l'opération sans complication.

Un garçon de 14 ans et demi souffrant d’hémophilie de type B et présentant des antécédents d’inhibiteurs anaphylactiques du facteur IX a subit une chirurgie de correction de scoliose, avec succès sans TSF. Il n’a pas nécessité de transfusion sanguine et il n’y a pas eu d’éffets indésirables.


Aux Etats-Unis. Un TJ de 47 ans, atteint d'un hypernéphrome (cancer du rein), devait subir une néphrectomie. Le plan chirurgical comprenait des stratégies de conservation du sang intéressantes afin d'en réduire les pertes: parmi elles: l'hypothermie profond

 Vers la fin d'un tabou ?

Le député Philippe Vuilque a interpelé le ministre de l’Intérieur sur les supposées « entraves au service public », à propos de la recherche par les témoins de Jéhovah d’équipes médicales disposées à accepter les refus de transfusion sanguine. La réponse a été très claire :

« Les décisions des plus hautes instances juridictionnelles n’ont pas retenu le refus de transfusion sanguine des Témoins de Jéhovah comme étant un facteur de trouble à l’ordre public. » (Journal officiel, Assemblée nationale, Questions, 15 juin 2004, n° 33176, p. 4503.)

Dans la réalité, comme le constate Frédéric-Jérôme Pansier, magistrat au Tribunal de grande instance de Bobigny, « la situation d’une personne refusant toute transfusion sanguine alors que sa vie en dépend, demeure marginale » 

S'il y a autant d'alternatives à la TSF; pourquoi autant d'idées reçues ? Selon un article de Pierre Lance, "les transfusions de sang, qui ne sont pas dépourvues d’effets secondaires, sont parfaitement remplaçables". Donc les appels aux dons "pour sauver des vies" constituent "une entreprises de bourrage de crânes" au niveau national.

Aussi il faut savoir que beaucoup de personnes bien informées et non-Témoins de Jéhovah ont recours aux alternatives à la TSF car elles désirent une meilleure prise en compte de leurs choix thérapeutiques*. Certains savent qu'on transfuse souvent inutilement. (Sur les 300 000 personnes contaminées par l'hépatite C suite à une TSF en France 50 000 développent une hépatite chronique évoluant en cirrhose ou en cancer du foie !) D'autres ne peuvent tout bonnement pas recevoir d'autres transfusions en raison de leurs antécédents médicaux.

Il faut rappeler aussi les scandales du sang contaminé français et anglais. En France 5000 personnes avaient étés contaminés par le VIH à la suite d'une transfusion de sang dont 2000 sont décédés !

En Angleterre, jusque dans les années 80, selon la BBC, 4 670 hémophiles ont été exposés à l'hépatite C, dont 1 243 avaient également été exposés au virus du sida. 1 757 de ces malades sont aujourd'hui décédés ! La cause ?

Des experts savaient qu'il existait une menace de contamination de certains patients dès le début des années 80, mais les transfusions n'ont pas été arrêtées pour autant. Ce rapport a parût la veille des premières audiences d'une enquête publique indépendante concernant le décès de ces hémophiles ayant reçu du sang et des produits sanguins contaminés par le virus du sida et l'hépatite C.

Nous sommes d'accord c'était le passé et maintenant les risques sont en grandes partie écartés. Mais dans ce cas pourquoi alors revenir sur les Témoins de Jéhovah morts dans le passé dans les hôpitaux ? Ne seraient-ils pas tout bonnement décédés même en étant transfusés ? Qui peut nous garantir le contraire ? 

 

Aussi au vu de l'efficacité des alternatives à la transfusion sanguine, il est faux de prétendre qu'en refusant la transfusion c'est la mort assurée. Au contraire les faits montrent que le recours au sang peut parfois être dommageable à plus ou moins long termes et qu'il n’est pas toujours la solution pour sauver la vie même dans les cas extrêmes ! Dans bien des cas il est remplaçable.


*Il existe des témoignages de témoins qui sont morts après avoir été transfusés de force. Même s'il est possible qu'ils le soient avec des méthodes alternatives, on ne peut jamais être catégorique. La question du choix thérapeutique relève d'un droit qui s'impose naturellement à toute personne soucieuse de respecter la liberté de chacun.

13:10 Publié dans Sang | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

Commentaires

je partage cette page sur sur mon reseau social car c'est véritablement un site web étonnant

Écrit par : assurance auto | 29/08/2012

Les commentaires sont fermés.