Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2012

La France 'laïque' protège la construction de certains lieux de culte mais pas d'autres

Le 28 avril dernier un collectif d'une trentaine d'habitants de Lucciana en Corse a manifesté pour s'opposer à la construction d'un paisible lieu de culte des Témoins de Jéhovah, dont le permis de construire a été délivré par le Maire. Aucune réaction du côté des autorités, alors que le 20 octobre dernier, des fourgons de CRS, dépêchés par le Ministre de l'Intérieur, sont venus évacuer "environ 70 militants du Bloc identitaire, un groupe d'extrême droite qui a déployé sa banderole sur le chantier d'une mosquée en construction à Poitiers". Suite aux nombreuses indignations politiques le parquet a ouvert une enquête. La laïcité française qui doit garantir la liberté de culte, l'impartialité et la neutralité de l'Etat envers les confessions n'a t'elle pas deux poids et deux mesures ?

collectif lucciana.jpg

Un collectif de riverains contre la construction d'un petit lieu de culte (176 m2) en Corse

Occupation-mosquée-Poitiers-20-10-2012-1.jpg

73 militants manifestent contre l'implantation d'une mosquée à Poitiers

Une manifestation d'intolérance à l'état pur à Lucciana

Que s'est-il passé à Lucciana ? Un lieu de culte de 176 m2 de superficie (la taille d'un grand pavilon) sur le terrain d'un lotissement d'une ville de 3800 habitants qui met en émoi quelques riverains (une trentaine selon la photo). Parmi les nuisances évoquées par le comité Paratella il y aurait le bruit alors que le batiment est insonorisé (excépté durant les travaux ce qui est normale comme toute construction) ensuite les gênes à la circulation alors que les actions de ce comité avaient justement consisté à entraver la circulation en interpellant les automobilistes. D'autres avancent comme prétexte la baisse des prix au mètre carré. C'est ridicule. Tout le monde sait que là où il y a des Témoins de Jéhovah il n'y a ni détritus au sol, ni mégots, ni tapage ni délinquance. Ils ont de beaux lieux de culte et ne souhaitent pas envahir le voisinage par leur prédication. Il s'agit seulement d'un lieu de culte et ils demandent à vivre en paix avec leur voisinage. En résumé s'il y avait eu un clocher sur cette salle il n'y aurait pas eu tout ce brouhaha...  

Vives réactions  pour condamner l'occupation de la mosquée 

Considérant que l'islam en France est un vivier de voix électorales important (plus de 4 millions de voix potentielles soit environ 9 % des électeurs), la classe politique dans l'ensemble a réagit pour condamner l'occupation de la Mosquée de Poitiers:

  • Le premier ministre Jean-Marc Ayrault " condamne fermement cette provocation qui révèle une haine religieuse inacceptable", a-t-il déclaré, ajoutant que cet envahissement était "une agression contre la République et ses valeurs (...) Un tel acte est inacceptable car il bafoue les valeurs de notre République laïque, parmi lesquelles la liberté d'exercice des cultes"

  • Le ministre de l'intérieur Manuel Valls a lui aussi réagi en dénonçant "les amalgames douteux" du Bloc identitaire. M. Valls "garantit que l'Etat fera preuve de la plus grande fermeté face aux manifestations d'intolérance qui déchirent le pacte social", ajoute un communiqué du ministre de l'intérieur. "Le ministre en charge des cultes réfute les amalgames douteux dont procèdent leurs slogans et rappelle que la République garantit à tous le libre exercice du culte dans le respect des règles de la laïcité", ajoute-t-il.

  • " Le PS, par la voix de son nouveau premier secrétaire Harlem Désir, et le PCF, ont demandé samedi "la dissolution" du groupe d'extrême droite Génération identitaire, à l'origine de l'occupation d'un chantier"
  • Jean-François Copé "condamne" l'occupation du chantier car "la République laïque ne peut tolérer aucune agression envers une religion (...) La République laïque est la garante de la liberté de culte dans notre pays: elle ne peut tolérer aucune agression envers une religion"

Deux poids deux mesures !

Résultats: quatre des occupants, âgé de 23 à 26 ans, organisateurs de la manifestation- symbolique- ont été placés en garde à vue prolongée, durant 42 heures ! Le Parquet a ouvert une pénale pour "manifestation non autorisée, provocation à la haine raciale, participation à un groupement en vue de la préparation de dégradation de biens en réunion". Ce qui est intéressant c'est que les mises en examen ont été prononcées pour« provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, par des discours proférés dans un lieu ou réunion publics et par des placards ou affiches exposées au regard du public »

«Nous avons choisi de faire notre action à Poitiers, qui est une ville symbolique en raison de l'histoire et il se trouve en plus qu'une mosquée-cathédrale (nom donné aux mosquées d’envergure, ndlr) très ostentatoire y est en construction avec un minaret de 32 m», a affirmé Damien Rieu, un autre porte-parole de GI ('Génération identitaire')

2 poids 2 mesures.jpg

Alors que la manifestation symbolique à Poitiers ne devait être qu'un coup d'éclat celle des riverains de Lucciana a donné lieu à l'annulation du permis de construire du lieu de culte des témoins de Jéhovah à Lucciana (vidéo ici). En effet, selon Corsematin,  la cour administrative d’appel de Marseille a rejeté leur recours contre le jugement du tribunal de Bastia qui avait annulé le permis de construire qui leur avait été délivré. Il faut dire que le 'Comité Paratella' a fait pression pour obtenir ce jugement, jusqu'à lancer des appels sur Facebook (ici aussi).

 Une histoire qui se corse

"C'est un de ces feuilletons polémiques et juridiques dont la Corse a le secret. Un de ces feuilletons qui va de rebondissement en rebondissement" reconnaît le Corsematin. "La cour administrative d'appel de Marseille déclare ensuite que « même si les dimensions du projet en litige n'excèdent pas celles d'un pavillon traditionnel, les deux terrains apparaissent sur les plans en co-visibilité l'un de l'autre, observent les magistrats de la cour d'appel. Compte tenu en outre de la fréquentation qu'impliquera le projet permettant d'accueillir 119 fidèles, ces riverains justifient d'un intérêt suffisant pour contester ce permis de construire.(...) Les témoins de Jéhovah ont, en effet, déposé d'autres demandes de permis de construire, toujours sur le territoire de la commune de Lucciana. À suivre donc » Décidément la laïcité en France est à géométrie variable; elle reconnaît et protège pour certaines confessions le droit de se réunir et pratiquer leur culte alors qu'elle ne le fait pas pour d'autres....

Commentaires

Que voulez vous les TDJ ne posent pas de bombes ni ne jettent pas d'avion sur les tours

ceci dit les manifestants corses sont surement de braves gens qui ignorent
qui sont vraiment les TDJ

nous avons connu en 2000 la même chose pour notre salle où je vais

Plus tard les voisins se sont rendus compte qui étaient vraiment les TDJ
et les ex opposants sont très sympathiques et rassurés

Écrit par : sagesse dantan | 07/11/2012

Les commentaires sont fermés.