Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2014

Aux origines de l'évolutionnisme

On pense généralement que les fondateurs de la première théorie de l’évolution sont le biologiste français Jean Lamarck (XVIIIème siècle) et le naturaliste anglais Charles Darwin (XIXème siècle). C'est sans compter l'important terreau dans lequel ils ont puisé; le naturalisme ! Comment de ce courant en est-on venue à échafauder une telle hypothèse ?

Le développement antique de la pensée évolutionniste

empedocle.jpgLe concept évolutionniste selon lequel les espèces évoluent au cours du temps remonte à l'Antiquité, dans les idées de penseurs sumériens, égyptiens, grecs, romains, et Chinois. Ainsi le philosophe grec Empédocle (490-435 av. J-C- photo ci-contre) défendit le concept selon lequel les êtres vivants ont une origine non-surnaturelle; il suggéra que l'adaptation n'avait pas besoin de guide ou de cause finale. Il affirma aussi que les hommes et les animaux se sont développés à partir de formes antérieures: des trompes sans cou, des bras sans épaule, des êtres avec deux visages et deux torses etc...des monstres qui périrent. Les mythes grecs et sumériens vont enraciner ces concepts. Plus tard, les penseurs Épicure (341 -270 av .J-C) et Lucrèce (99-55 av.J-C) vont enseigner une doctrine selon laquelle le hasard intervient d’une certaine façon dans le développement de la nature. Pline l'ancien (23-79 de notre ère) sera le premier naturaliste. Ces philosophes, tous matérialistes, donnaient ainsi une explication de la vie par un processus d'évolution matérialiste, qui offrait une alternative à la croyance populaire en une création surnaturelle. La pensée évolutionniste fut consolidée par le Zoroastrisme et le Shamanisme. Cependant avec la diffusion du Christianisme, cette philosophie païenne fut, en grande partie, abandonnée.

L'évolutionnisme à travers 'le courant naturaliste' 

Le naturalisme croit que l'essence de l'univers repose dans la nature qui possède une force créatrice. Il provient de la pensée transformiste et semble aussi absurde que l’idée d’une bibliothèque qui se créerait sans écrivains. En 1744, Buffon annonce que l’âge de la Terre serait d’environ 74 000 ans, un calcul qui éloigne de beaucoup les estimations que l’Église fit à partir de la Bible selon lesquelles Dieu aurait créé le monde il y a un peu plus de 5 000 ans (or il s'agissait en réalité de la date de création du premier homme Adam). Disciple de Buffon, Lamarck (1744 – 1829) formula une théorie du transformisme qui explique l’évolution des êtres vivants depuis l’origine en tenant compte d’une progression qui irait du plus simple au plus complexe.

En 1830 les principes de géologie de Charles Lyell (1797-1875), émirent des doutes sur le récit de 'la création en 6 jours'. Le fondement du scepticisme fut posé. De nouveaux instruments furent découverts qui enthousiasmèrent les gens et les incitèrent à s'intéresser aux travaux des savants et à la science; le télescope, le microscope, la machine à vapeur, l’électricité etc...

Le terreau naturaliste franc-maçon

 

erasmus D.jpgCelui qui joua un rôle important dans l’origine de la théorie de l’évolution fut bien Erasmus Darwin (1731-1802), grand-père de Charles Darwin. Erasmus Darwin était un franc-maçon contemporain de Lamarck. Physicien, psychologue et poète, il était reconnu comme une autorité. Il s’est surtout fait remarqué comme l’un des plus célèbres naturalistes d’Angleterre. Dans les années 1780-1790, Erasmus Darwin développa les grandes lignes de la théorie de l’évolution, selon laquelle toute vie provient, par hasard et selon les lois de la nature, d’un seul ancêtre commun. Il fit ses recherches dans un jardin botanique de 32.000 m2 qu’il avait préparé, et chercha des preuves qui prouvent sa théorie. Il l’expliqua dans deux livres intitulés Le Temple de la Nature et La Zoonomie où se trouvaient pour la première fois exposées des idées transformistes assez voisines de celles que le Français Lamarck allait soutenir avec un grand courage et assez peu de succès à partir de l’année 1800. C'était une résurrection de l'ancienne croyance païenne qui maintient que la nature possède une force créatrice. Ainsi, Erasmus développa la logique fondamentale qui a donné forme au darwinisme. En 1784 il fonda la Société Philosophique de Derby pour promouvoir ces idées. Elle deviendra un des plus grands et des plus passionnés supporters des idées de Charles Darwin. 

robertdarwin.jpgErasmus Darwin fut un des maîtres de la loge maçonnique de Canongate Kilwinning à Edinbourgh, en Ecosse. De plus, il semble qu'il ait eu des liens à un moment donné avec les Clubs Jacobins de France, ou avec les Illuminati, qui étaient connectés à certaines loges maçonniques de France et dont le devoir principal était de s'opposer à la religion. Erasmus a enseigné à son fils Robert Darwin (le père de Charles Darwin; photo ci-contre) à être comme lui libre-penseur et a fait de lui un membre des loges maçonniques. Robert de son côté, au départ plus tolérant envers la religion donnera naissance à Charles, celui qui élaborera la théorie sujette à controverse...

La théorie de la sélection naturelle de Charles Darwin

portrait_darwin.jpegLe plus célèbre des naturalistes anglais, Charles Robert Darwin (1809-82) auteur de la théorie de la descendance modifiée par le moyen de la sélection naturelle (plus couramment désignée sous les termes de « théorie de l’évolution »), à laquelle s’est rallié l’ensemble de la pensée transformiste moderne, naquit à Shrewsbury (Angleterre) dans une famille aisée, cinquième enfant de Robert Waring Darwin, médecin connu, et de Susannah Wedgwood, céramiste renommé et patron d’industrie. Après de pénibles études de médecine à Édimbourg, puis de théologie à Cambridge où il s’adonne à sa passion des Insectes puis à la chasse.

En 1831, le révérend John Stevens Henslow le recommande pour un poste de naturaliste, dans le cadre d’une expédition visant à élaborer la cartographie de la côte d’Amérique du Sud. il s’embarque pour ce voyage en décembre, à bord du vaisseau le Beagle. Lors de ce voyage, il lira les Principes de géologie de Lyell dans lesquels il trouvera une importante source d'inspiration pour élaborer sa théorie de la sélection naturelle. En 1839, Darwin devient membre de la Royal Society de Londres (société franc-maçonne), épouse sa cousine Emma Wedgwood (avec laquelle il s’installera trois ans plus tard à Down, au sud-est de Londres). En 1859, préoccupé par le risque de voir son ami dépouillé de la paternité de sa découverte, Lyell intervient pour convaincre Darwin de publier sa théorie. Darwin entreprend alors la réalisation d’un immense ouvrage qui deviendra, après allégement, L’Origine des espèces.  Le 19 avril 1882, Darwin s’éteint à Down, laissant une immense correspondance, des notes inédites et une Autobiographie rédigée en 1876 à l’intention de ses enfants. La dépouille de Darwin, accompagnée par des personnalités éminentes, sera inhumée une semaine plus tard, au terme d’un cérémonial imposant, dans le « Panthéon anglais » de l’Abbaye de Westminster, à la suite d'un arrangement avec le doyen anglican de cette abbaye.

Le postulat fondamental de Charles Darwin:

darwin10.gifDans son livre De l'origine des espèces, Charles Darwin a développa la théorie scientifique selon laquelle l’homme est le résultat d’une très lente évolution biologique – et non une création divine comme on le croyait jusque là. Darwin affirmait que pour survivre, les espèces animales et végétales n’ont pas eu d’autre choix que d’ « évoluer » ; ou s’ « adapter » à leur nouvel environnement et climat. Ainsi, au fil de cette lente « évolution biologique », est apparu l’être humain. Cette évolution est très lente et requiert plusieurs milliers, voire millions d’années. C’est ce que le naturaliste appelle la « sélection naturelle », mécanisme principal de l’évolution des espèces (sélection de survie et sélection sexuelle).

L’amalgame entre micro et macro-évolution trompent beaucoup de personnes dans la recherche de la vérité. Les règles de l’hérédité sont décrites par les lois de Mendel, qui constituent aujourd’hui l’une des bases de la génétique expérimentale. Si l’on considère en plus les influences climatiques ainsi que d’autres paramètres, on obtient des nouvelles variantes d’animaux existants ou aussi d’hommes, qui ne constituent pas une évolution supérieure au sens des théories de Charles Darwin mais tout simplement une micro-évolution au sein d’une espèce déjà toute créée. Car passer de la micro-évolution (modifications que peuvent subir certaines espèces et qui est prouvée par la science)  à la macro-évolution (celle qui explique l’origine des espèces) est un pas de foi dans le néant.

La sélection sexuelle

5514charles-darwin-and-his-wife.jpgDarwin découvrit que la sélection naturelle n'expliquait pas tout : à côté de la lutte pour la survie, les espèces déployaient des caractères secondaires dans la compétition pour la reproduction. La sélection sexuelle a l'avantage d'expliquer pourquoi certains attributs ou comportements représentent des handicaps au regard de la survie ; elle éclaire aussi l'origine du dimorphisme sexuel. Un fait curieux est que, contrairement à ce que l'on pourrait penser, il n'y a pas de déséquilibre important entre le nombre de femelles et de mâles dans la nature.
En effet, que les mâles rivalisent pour plaire aux femelles paraît impliquer que les premiers soient en surnombre par rapport aux secondes. Inversement, un seul mâle pouvant féconder plusieurs femelles, on pourrait aussi bien s'attendre à un déséquilibre dans l'autre sens. Or les statistiques disponibles à l'époque de Darwin montraient que, sauf cas particulier, il n'en est rien.

 Les dispensateurs de la théorie de la sélection naturelle

 huxley.jpgEn pensant que le darwinisme pourrait servir leur cause, les franc-maçons jouèrent un grand rôle dans sa propagation parmi les gens. Dès que la théorie de Darwin fut publiée, un groupe de propagandistes volontaires se constitua, le plus célèbre d’entre eux fut Thomas Huxley surnommé le "bouledogue" de Darwin. Huxley, "dont l’ardent soutien à cette théorie était la seule cause responsable de sa rapide acceptation" attira l’attention mondiale sur la théorie de l’évolution, lors d’un débat qui eut lieu au musée de l’Université d’Oxford, Université où il était entré le 30 juin 1860 avec l’évêque anglais Samuel Wilberforce. Le grand dévouement d’Huxley dans la diffusion de l’idée de l’évolution, avec l’aide de ses contacts avec l"establishment", s’explique de la façon suivante : Huxley était membre de la Royal Society, l’une des plus prestigieuses institutions scientifiques et, comme pratiquement tous ses membres qui la composaient, il était un franc-maçon de haut rang. D’autres membres de cette société prêtèrent à Darwin un appui solide avant et après la publication du livre. Cette communauté maçonnique adopta Darwin et sa théorie à un tel point, qu’à l’instar du Prix Nobel, la médaille de Darwin fut attribuée annuellement à un scientifique considéré digne de cet honneur. 

Julian Huxley petit-fils de Thomas Huxley, "le bouledogue de Darwin" et ancien président de l'UNESCO (United Nations Educational Scientific Cultural Organization) a déclaré lors d’une émission télévisée:
"Nous avons tous sauté sur l'origine parce que la notion de Dieu faisait obstacle à nos mœurs sexuelles" Chacun appréciera l'objectivité derrière cette farce !

Un courant de pensée devenue une nouvelle croyance religieuse

Les simples observations de Darwin allaient pourtant être admises sans preuves comme étant - LA vérité absolue - et ce à l’heure où certaines sociétés secrètes voulaient en découdre avec les valeurs morales et les règles de l’Eglise pour leur substituer celles du laxisme de la décadence morale. Les théories de l'évolution vont souvent être défendues becs et ongles sans fondements pour enterrer l'idée d'un Dieu créateur; elles deviendront une sorte de religion qui favorisa amplement l'athéisme !

 Bien entendu, de nombreux articles scientifiques, sérieux et pertinents présentent la théorie de l’évolution comme une hypothèse impossible avec les récentes découvertes scientifiques qu'il devient difficile d'y adhérer. Les faits sont nombreux; certains seront développés un peu plus loin. Nous espérons que cet article vous aura aider à y voir plus clair. La prochaine note montrera d'autres facettes que l'on ne souhaite pas dire au sujet des travaux de Charles Darwin...

La question de l'origine des êtres vivants

D'où venons-nous ? Cette question aussi vieille que le monde a engendrée tout un tas d'opinions contrastées, de croyances et de théories. La science a tenté d'apporter des réponses. Aujourd'hui encore différents courants de pensées s'affrontent dans les universités ou dans les émissions. En France, malgré qu'elles soient basées sur de fortes contradictions, les théories de l'évolution sont officiellement enseignées à l'école comme un fait. Pour y voir plus claire, ce sujet vaste et complexe sera traité ici en 5 parties:

6013641-8967095.jpg

 

1/ "Aux origines de l'évolutionnisme"

2/ "Ce qu'on ne nous dit pas sur Darwin"

3/ "L'évolutionnisme à la lumière des faits"

4/ "Pour en finir avec Darwin"

5/ La vie provient-elle du 'Hasard' ou d'une 'Conception' ?

 

      La position paradoxale du Vatican sur ce sujet

Le 22 octobre 1996, après plusieurs décennies de tergiversations, le Pape Jean Paul II expliqua la position officielle de l’Église romaine en ces termes:

"L’Encyclique Humani generis considérait la doctrine de l’" évolutionnisme " comme une hypothèse sérieuse, digne d’une investigation et d’une réflexion approfondies à l’égal de l’hypothèse opposée. Pie XII ajoutait deux conditions d’ordre méthodologique : qu’on n’adopte pas cette opinion comme s’il s’agissait d’une doctrine certaine et démontrée, et comme si on pouvait faire totalement abstraction de la Révélation à propos des questions qu’elle soulève. (...). Aujourd’hui, près d’un demi-siècle après la parution de l’Encyclique, de nouvelles connaissances conduisent à reconnaître dans la théorie de l’évolution plus qu’une hypothèse. (...). La convergence, nullement recherchée ou provoquée, des résultats de travaux menés indépendamment les uns des autres, constitue par elle-même un argument significatif en faveur de cette théorie."

Ainsi le Vatican soutint cette théorie au seul motif qu'elle se soit imposée à la communauté scientifique ! Cela n'étonnera pas tous ceux qui connaissent bien les méthodes de cette institution pour garder les faveurs des masses...Cela en dit long aussi sur les efforts qui sont déployés pour inculquer ces hypothèses comme des vérités établies.

Une dictature scientifique ?

Pourquoi cette question est taboue et peu médiatisée ? Tout est fait pour l'attribuer au 'camp des créationnistes' jugés par les médias occidentaux comme fondamentalistes. C'est une vision binaire des choses. Y-aurait-t-il que deux camps de pensée dans ce domaine ?  Comme nous allons le voir fort heureusement non ! Bien qu'il y ait des conceptions assez loufoques (venues de plusieurs extra-terrestres pour concevoir les êtres dans un laboratoire et repartir...-si c'était le cas d'où viennent-ils et qui a créé l'univers ?) il en existe un troisième camp qui soit en accord avec les récentes découvertes scientifiques. Pourquoi alors les journalistes continuent-ils de lier les anti-évolutionnistes aux créationnistes ? Dans le "meilleur des mondes", Aldous Huxley écrit : "Sous une dictateur scientifique, l'enseignement fonctionnerait vraiment -avec pour résultat que la plupart des hommes et des femmes en viendraient à aimer leur servitude et ne rêveraient jamais de révolution. Il semble qu'il n'y ait aucune raison valable pour qu'une dictature scientifique soit jamais renversée."

C'est le cas aujourd'hui; il subsiste une pensée unique à ce sujet en France sous prétexte de vouloir 'enterrer Dieu', et qui tranche vraiment avec d'autres pays 'modernes'. C'est ainsi que selon un sondage réalisé en 2011 seuls 28 % croient en l'évolutionnisme aux États-Unis, contre 55 % en France ! Les français seraient-ils plus rationnels que les américains ? Voyez d'autres exemples types de ces divergences de vues avec le tableau ci-dessous (chiffres de 2011):

Pays

Créationnistes
%

Évolutionnistes
%

Sans opinion tranchée
%

Turquie

60

19

21

Indonésie

57

11

32

Afrique du Sud

56

18

26

Brésil

47

22

31

États-Unis

40

28

32

Russie

34

26

40

Inde

33

39

28

Mexique

32

34

34

Argentine

26

37

38

Pologne

25

38

37

Corée du Sud

24

41

35

Canada

22

45

33

Italie

21

40

39

Australie

15

51

34

Hongrie

13

55

33

Allemagne

12

65

23

Grande-Bretagne

12

55

34

Chine

11

64

25

Espagne

11

53

37

Japon

10

60

30

Suède

10

68

21

France

9

55

36

Belgique

8

61

31

Total

28 %

41 %

31 %

Reste que le 4 octobre 2007, le Conseil de l'Europe, a adopté un projet de résolution visant à dénoncer le créationnisme dans l’Éducation des enfants. Au paragraphe 3 on lit :"Le créationnisme, né de la négation de l’évolution des espèces par la sélection naturelle, est longtemps demeuré un phénomène presque exclusivement américain. Aujourd’hui, les thèses créationnistes tendent à s’implanter en Europe et leur diffusion touche un nombre non négligeable d’Etats membres du Conseil de l’Europe."

Pourquoi se poser la question de nos origines ?

La recherche de nos origines peut sembler une entreprise hasardeuse qui  dépasse notre intelligence ou nos conceptions. Pourtant, ce sujet est d’une importance capitale dans un monde hyper-matérialiste en perte de repère, puisque tout le sens et le but de la vie pourrait en dépendre. A ce sujet, le philosophe Friedrich Nietzsche a écrit ce que beaucoup pensent tout bas: « La valeur de la vie ne saurait être évaluée. Pas par un vivant, car il est partie, et même objet de litige ; pas davantage par un mort, pour une tout autre raison ».

Pourtant la valeur de la vie peut être évaluée par quelque chose d'extraordinaire ! Notre conscience. La prise de conscience que nous existons nous relie à notre environnement tout comme nous sommes conscients que nous avons (ou avons eu) des parents qui nous ont conçus. Le fait de les renier ne les rends pas pour autant inexistants !

"Qui ne s’interroge pas est une bête, car le souci constitutif de toute vie humaine est celui de son sens "  - Arthur Schopenhauer, philosophe allemand.

Il est donc primordial de s'interroger sur notre relation avec notre univers. C'est ce que se propose de faire ce vaste dossier qui a pour but d'apporter quelques éléments de réponse peu connus du public. Dans cette quête il faut bien comprendre que tout aussi paradoxal que cela peut paraître nous entrons dans le domaine de la conscience et donc des croyances des scientifiques ! Pourquoi des scientifiques de renom ne croient-ils pas aux théories de l'évolution tandis que d'autres les défendent de façon catégorique ? C'est le comble de la science ! Si votre conscience est assez forte pour ne pas vous  laisser polariser par les préjugés tenaces ambiants, vous pourrez alors profiter de cet étonnant voyage à la recherche de vos origines.

Ce grand dossier de 5 notes mises à jour, argumentées et documentées a pour but d'avancer dans notre compréhension de ces questions. Vous serez surpris par leur contenu. Ainsi parmi les nombreux courants de pensée en vogue, on apprendra pourquoi on ne parle plus de la théorie de l'évolution mais des théories de l'évolution. Vous saurez pourquoi ces hypothèses sont devenues des dogmes sacrés. Même si une grande désinformation subsiste à ce sujet dans les médias, au point que ceux qui remettent en question ces 'découvertes' passent pour des fondamentalistes, ces précieux articles n'ont pas vocation à manquer d'objectivité ou à verser dans la théologie. N'hésitez pas à apporter vos commentaires qui j'en suis certain pourront éclairer d'avantage ces questions...

29/05/2014

L'Eurovision 2014 ou la décadence morale programmée de la société

S'il fallait encore le démontrer, tout indique que la société poursuit son déclin amoral. Le 10 mai dernier, le candidat autrichien Conchita Wurst, travesti barbu, a remporté le concours de l'Eurovision. Les réactions de certains chrétiens de tout bord dénotent bien une certaine naïveté quand à la transformation de la société depuis quelques décennies...

travesti.jpg

 

Un coup d'éclat médiatique pour gommer les différences de genre

Rappelons-le, il n'est pas question ici de critiquer les travestis, ni de minimiser leurs talents artistiques. Ce qui choque ici c'est simplement la barbe avec tout son symbolisme visant à effacer les différences entre les hommes et les femmes. C'est un premier essai réussit dans le but de préparer les masses aux transgressions naturelles.

Dans le clip plutôt épuré posté sur You Tube, on ne voit que le chanteur. Sur fond blanc, il chante assis sur un canapé ou allongé nu dans une baignoire remplie de pétale de rose rouge. Nul doute que cette 'performance trans-genre' doit sa victoire au suffrage de 'la communauté trans-gay européenne' qui a vu en elle une occasion de banaliser ce bouleversement des genres.

Pas vraiment au goût de tout le monde. En Russie, en Biélorussie et en Arménie, des pétitions en ligne ont ainsi été lancées pour demander que sa prestation ne soit pas diffusée à la télévision dans ces pays.

Barbe, faux cils et talons aiguilles, le tout moulé dans une petite robe scintillante... Conchita Wurst, personnage scénique derrière lequel se cache Thomas Neuwirth, a dédié sa victoire à la paix. "J'ai créé cette femme à barbe pour montrer au monde qu'on peut faire ce qu'on veut" selon LCI. Si ce n'est pas étonnant vu l'évolution des mœurs dans la perte des repères, ces revendications font vivement réagir le clergé orthodoxe.

Réactions du clergé orthodoxe

Le 23 mai, 13 jours après, de fortes inondations s’abattent sur la Serbie et la Bosnie.

Du coup des chefs religieux orthodoxes n'ont rien trouvé d'autre que de blâmer le grand gagnant de l’Eurovision, l’Autrichien travesti Conchita Wurst, pour ces catastrophes climatiques, qui ont fait plus d’une cinquantaine de victimes en quelques jours.

Par exemple, le patriarche monténégrin Amfilohije Radovic a déclaré à un site internet d’information serbe : « Ce n’est pas une coïncidence (ndlr : les inondations après la victoire de Conchita Wurst), mais un avertissement. Dieu a envoyé les pluies comme un rappel, pour que les gens ne rejoignent pas le camp ‘animal’ ».

Le leader spirituel des Serbes orthodoxes, le patriarche Irinej, a quant à lui déclaré à plusieurs reprises que ces inondations étaient « une punition divine pour leurs vices (ndlr : de la communauté homosexuelle) » et que « Dieu était en train de nettoyer la Serbie de ses pêchés ». Pour lui se serait «un avertissement» pour que l’on ne vénère pas la «figure christique» de Conchita Wurst et que l’on s’éloigne «des ténèbres», rapporte le Huffington Post.

Selon The Economist, le Patriarche Serbe de l'Eglise othodoxe et un autre responsable religieux national ont estimé que la chanteuse autrichienne et l’ensemble de la communauté LGBT portent une lourde responsabilité dans les inondations qui ont frappé la Bosnie, la Serbie et l’est de la Croatie. Dieu aurait ainsi cherché à punir l’Europe pour ses vices et ses péchés.

Réactions de Vladimir Poutine

En septembre 2013, Vladimir Poutine résumait la position officielle : « Nous voyons combien de pays euro-atlantiques rejettent leurs racines, y compris les valeurs chrétiennes qui constituent la base de la civilisation occidentale. Ils nient les principes moraux et toutes les identités traditionnelles : nationales, culturelles, religieuses et même sexuelles. ». Pourtant, dans les votes par SMS, les Russes ont placé Conchita Wurst à la troisième place

Réaction de musulmans turques

musul.jpg "Quand je vois le candidat de l'Autriche qui a remporté le concours de chanson de l'Eurovision, je suis ravi que nous n'y participions plus", s'est réjoui le président de la commission parlementaire des Affaires étrangères, le député du Parti de la justice et du développement (AKP) Volkan Bozkir (photo), sur son compte Twitter- Sources AFP

En réalité cela fait des décennies que la société décline sournoisement sur le plan moral. Les catastrophes climatiques ne sont que la conséquence logique d'une suractivité humaine et d'une mauvaise gestion des ressources naturelles. Et aucun humain ne pourra inverser les tendances...