Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2014

Quand les parents d'Ashya King poursuivent l'hôpital public britannique en justice

C'est un retournement de situation spectaculaire que vivent aussi bien la famille King que l'ensemble de la communauté internationale des Témoins de Jéhovah qui a vu son image ternie depuis quelques jours à travers ces derniers soubresauts médiatiques. En effet, les parents du jeune enfant, très bouleversés par la campagne calomnieuse dont ils sont victimes veulent porter plainte contre l'Hôpital de Southampton. Cette histoire est hautement intéressante puisqu'elle met précisément le doigt là ou le système hospitalier est défaillant: au vu des nouvelles avancées techniques considérables sur le marché des cliniques privées faudrait-il revoir l'offre de soins dans les hôpitaux publics ?

 

Un traitement médiatique diffamatoire mené depuis l'Angleterre

avocat.jpgL'affaire est grave puisque l’hôpital britannique a demandé la levée provisoire de la tutelle de l'enfant le temps du traitement en Grande Bretagne ! On comprend la panique des parents ! Selon un article de 7sur7 (de Belgique),"les parents vont lancer des poursuites en Angleterre contre les médecins qui les ont calomniés à l'hôpital, et vont déposer une plainte pour fausses accusations et diffamation", a déclaré aux médias leur avocat, Juan Isidro Fernandez Diaz (Photo ci-contre), à Madrid après leur audition par un juge. Un magistrat de l'Audience nationale a prolongé lundi de 72 heures au maximum la détention des parents, Brett King, 51 ans, et Naghemeh King, 45 ans, qui ont refusé leur extradition réclamée par le Royaume Uni, selon une source judiciaire. D'ici la fin de ce délai, le juge décidera de remettre ou non les parents en liberté.

"Il ne s'agit absolument pas de parents qui ont voulu abandonner leur fils" et l'affaire n'a "absolument rien à voir avec une question religieuse (...) A aucun moment la vie de l'enfant n'a été en danger. Le père sait parfaitement contrôler la machine qui l'alimente (...) Ashya est en parfait état de santé. Son frère Daniel King, âgé de 23 ans, est avec lui à l'hôpital de Malaga», a poursuivi l'avocat avant de dénoncer le traitement médiatique de l'affaire. "Ils sont bouleversés car les médias ont détruit leur réputation et ont tenté de tromper les gens en parlant de leur religion", a affirmé l'avocat.

moreno.jpgIl dit aussi avoir expliqué au juge Ismael Moreno (photo ci-contre) que «l'enfant est soumis à un traitement de radiothérapie et de chimiothérapie et que les parents ne voulaient pas de ce traitement. Ils voulaient une autre option, qui existe en République Tchèque, à Prague, et également dans des hôpitaux de Houston, aux États-Unis [ dont le coût est estimé à 33 000 dollars]». "Nous estimons qu'ils seront remis en liberté demain ou au maximum après-demain, quand les autres rapports seront arrivés, et que les parents seront complètement libre d'emmener leur fils dans un autre hôpital" a déclaré l'avocat des King.
La chambre de l'enfant est surveillé par une garde policière selon l'injonction du juge et les parents devraient recomparaître pour une audition jeudi prochain.

Ils voulaient vendre leur maison en Espagne pour financer le traitement

L'intention des parents d'Ashya « était de venir avec l’enfant en Espagne pour vendre une maison qu’ils possèdent à Malaga pour chercher un meilleur traitement» en République tchèque, a déclaré lundi aux médias leur avocat, à Madrid après l’audition des parents par le juge Moreno.

Ils ont amené Ashya « à Malaga parce qu’ils allaient vendre leur résidence, ils sont d’ailleurs déjà en négociation pour la vendre, et partir rapidement pour la République tchèque», a-t-il ajouté.

La La protonthérapie sauve des vies:

Une mère de famille a témoigné que cette méthode a sauvé son fils du cancer !

Contrairement à ce que disent certains médias à la télévision française la famille King ne refuse pas la radio thérapie pour leur enfant ! Au contraire il la souhaitent. La thérapie de rayonnement à protons est un type ciblé de radiothérapie qui augmente la chance de tuer des cellules cancéreuses en envoyant une dose plus haute de radiation directement à la tumeur. Contrairement à d'autres types de traitement du cancer, il ne tue pas le tissu sain environnant. Ainsi il pourrait y avoir moins d'effets à long terme.

En Grande-Bretagne, cette thérapie est actuellement disponible dans un seul centre pour traiter chez certains patients le cancer des yeux alors que dans d'autres pays (les États-Unis, la Suisse et le Japon) elle est utilisée pour soigner les cancers de la moelle épinière, le cerveau, la prostate, le poumon et ceux qui affectent les enfants.

D'ailleurs, le département de santé britannique a annoncé en 2011 qu'il construira deux centres de traitement pour offrir cette thérapie à Londres et Manchester dès 2018. En attendant que ces installations soient disponibles, la Grande-Bretagne payera pour les patients qui ont besoin de ce traitement et qui doivent pour ce faire aller aux États-Unis ou en Suisse.

 

Le directeur médical de l'hôpital de Southampton, le docteur Michael Marsh, a publié une déclaration disant tard ce lundi soir qu'un traitement a été discuté avec la famille. On peut le comprendre puisque maintenant il en va de la réputation de son établissement !

 Une arrestation jugée cruelle même en Grande Bretagne

david cameron.jpgDans ce cas sans précédent, la Grande-Bretagne se demandait si la police n'était pas allée trop loin en traitant comme un acte criminel la tentative désespérée des parents de sauver leur enfant, opéré pour la dernière fois il y a un peu plus d'une semaine. C'est que l'image de ces parents menottés par la police espagnol en a indigné beaucoup.  Hier, le Premier Ministre David Cameron et plusieurs parlementaires britanniques ont témoigné leur soutien à la famille King et déplorent la criminalisation de ces parents, ainsi que l'utilisation excessive du mandat d'arrêt européen . Selon un article du Télégraph, David Cameron qui a perdu son fils Ivan, décédé à l'âge de six ans en 2009, a ajouté qu'il croit que le couple essaie de «faire le meilleur pour" leur fils Ashya.

Le porte-parole du Premier Ministre avait, quand à lui, indiqué que "des gens dans tout le pays ont été affecté par la situation critique de la famille". Des spécialistes du droit pointent un problème de communication qui arrivent hélas entre patients et médecins. Voir d'autres réactions pertinentes ici.

La tournure prise par l'affaire avait contraint la police britannique à se justifier dès dimanche. Le commissaire adjoint Chris Shead a concédé que la manière avec laquelle la police avait géré l'affaire avait "fait beaucoup parler". "Mais je préfère être critiqué sur notre détermination à agir plutôt que d'avoir à expliquer pourquoi un enfant est mort", a-t-il ajouté en refusant de présenter des excuses à la famille.

La grand-mère d'Ashya, Patricia King, a quant à elle dénoncé la "cruauté" de l'arrestation du couple. "C'est profondément honteux, ils sont traités comme des criminels", a-t-elle déclaré à la chaîne de télévision britannique BBC.

D'abord désignés comme des "kidnappeurs", Naghemeh et Brett King commençaient à susciter de vifs élans de sympathie dans la presse et l'opinion publique.

Des gestes de solidarités pour aider Ashya

Ashya-King-brother_3020582b.jpgL'un des frères d'Ashya, Naveed, a lancé lundi un appel aux dons en ligne à travers plusieurs sites. L'un d'eux, sur Paypal, a été bloqué dans la matinée à cause d'une trop grande affluence, selon Naveed King.

Les donations affluaient également vers une autre page, Indiegogo (voir liens ici pour le soutenir ou ici) , où elles s'élevaient à près de 8.900 livres sterling (environ 11.260 euros).

Plusieurs pétitions ont été lancées pour "s'excuser auprès de la famille d'Ashya King et les autoriser à choisir librement l'hôpital pour traiter leur fils malade" ou encore pour "réunir Ashya et ses parents". Cette dernière a rassemblé 35.000 signatures. Cette pétition (Voir ici pour la signer) demandant la libération des parents d'Ashya avait recueilli lundi après-midi 16.000 signatures sur la plateforme change.org.

Une avancée pour le droit de choisir son traitement médical ?

Du point de vue d'un athée on peut comprendre que dans un espace laïque les croyances religieuses ne doivent pas entrer en ligne de compte dans les soins à apporter à un patient.

Dans le cas des King, là n'est pas la question puisqu'ils ont fait opérer leur enfant d'une tumeur au cerveau et que dans ce cas il n'est pas question de refus de produits sanguins. Ils ont vu que les traitements lourds de chimiothérapie n'offraient pas de réels garanties (70 à 80 % de chance de survivre 5 ans de plus selon le directeur de l'Hôpital de Southampton) alors ils ont tout simplement voulu essayer autre chose. Il ne s'agit donc absolument pas d'un choix dicté par des croyances religieuses mais par leur volonté de tout faire pour préserver autant que possible la vie de leur petit enfant gravement malade. Quel tribunal pourra leur reprocher cela ? Même si nous n'avons jamais vu un hôpital garantir un traitement contre le cancer ce que l'enfant a besoin le plus c'est d'être entouré par ses parents dans ces moment difficiles. C'est pourquoi les parents ont le droit de décider ce qui est mieux pour leur enfant.

D'autant plus que les hôpitaux publics britanniques n'ont pas bonne réputation si l'en juge le rapport accablant de la commission d'enquête publique menée en mars 2013 sur les conditions de traitement affectant des centaines de patients.Tout le système hospitalier britannique fut remis en cause avec 290 propositions et un renforcement du système d'inspection des établissements publics !

C'est bien là un cas complexe où beaucoup de monde a jugé trop vite, à commencer par la police qui s'est fait berné par de mini-dictateurs en blouse blanche. Comme si qui que ce soit pouvait regarder mourir son gamin de cinq ans sans réagir. Les King ont vendu même leur maison pour sauver leur enfant, ce qui est normal dans cette situation que l'on ne souhaite à personne. Souhaitons qu'ils puissent sortir de prison et faire bien opérer leur enfant au plus tôt !

Commentaires

C'est drôle de voir que d'un côté on a des gens comme Fenech et Cordonnier sur les plateaux télévisés inciter les autorités françaises à renforcer la lutte contre les Témoins de Jéhovah et d'un autre côté de la Manche un premier Ministre qui soutient le geste de Brett King , ce père qui agit de façon désespéré ! En résumé d'un côté des personnes intolérantes et mal informées sur des questions dont ils seraient des "spécialistes" et de l'autre une haute autorité bien informée qui va à contre courant des élans de la police britannique. Cherchez l’erreur...

Écrit par : Rémi | 02/09/2014

Monsieur Fenech déteste les Témoins de Jéhovah
Il ferait mieux de mener ses enquêtes dans les familles (dites chretiennes) qui tuent violent ou congèlent des fœtus etc....

Écrit par : Nicky | 02/09/2014

Et oui ! C'est franchement paradoxal, non ? C'est pourquoi il vaut mieux, à mon avis, laisser les détracteurs habituels déverser leur venin car ils se trouveront honteux au final. Les Témoins de Jéhovah de France ont agit par soucis de faire taire les polémiques qui s'enflamment vite dans ce pays sur le refus du sang puisque c'est le principal reproche qu'on leur fait. L'appel à la mobilisation pour retrouver la famille King conformément aux demandes des autorités a ,en quelque sorte, sonner comme un contre-feux médiatique. Mais, il semble que la tournure que prennent les évènements soient providentielle. Attendons de voir...dans l'affaire il se peut que les grands gagnants soient cette pauvre famille accablée de toutes parts mais bien soutenue.

Écrit par : Administrateur | 02/09/2014

Les médias n'ont pas signalé la religion du père du petit bébé de 4 mois mort sous ses coups, enterré comme un déchet dans un sac plastique. Ces parents qui ont menti, pleurniché, faisant croire à un enlèvement. De quelle religion sont-ils ces assassins,ces monstres ? Punir un bébé!!! Lui donner des coups!!!
Alors que les parents du petit Ashya font tout leur possible pour sauver leur enfant on les salit!!!!!!

Écrit par : Dubau Noëlle | 02/09/2014

Tout à fait d'accord. Si on veut être logique; alors quelque soit le méfait commis il faut annoncer la couleur de la religion. Que ce soit meurtre ou avortement ou autre, les médias devraient préciser quelle est la conviction religieuse des gens qui ont commis ces choses.

Écrit par : Sam | 06/09/2014

Oui, la France, beau pays, très souvent sali par des gens dits ' compétents ' et qui s'avèrent être d'ignobles individus assoiffés de haine, de vengeance, bref, des gens non-recommandables, limite dangereux pour tout à chacun! Si les médias faisaient un travail de qualité, sur des sujets aussi grave, plutôt qu'alimenter la désinformation, ça irait mieux pour bien des personnes. Les Témoins de Jéhovah sont des gens respectables, pourquoi toujours passer sous silence certains de leurs enseignements types: payer ses impôts, honorer son conjoint, de ne pas fumer (bonjour le coût à la Sécurité Sociale..), de bannir les jeux violents dont moult jeunes sont addicts ,d'aimer son prochain (voyez dans quelle situation l'on se trouve , mépris, tromperie, vols, etc..),bref, les Témoins ne sont pas aimés , car ils veulent appliquer la Bible,dans un pays qui prône l'intolérance religieuse ,par des gens ayant un vêtement de brebis, cachant un loup vorace! France, pays des Droits de l'Homme? Souvent condamnée par la C.E.D.H.! A suivre

Écrit par : Painkiller | 24/09/2014

Les commentaires sont fermés.