Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/08/2013

La France 'laïque' protège la construction de certains lieux de culte mais pas d'autres (2eme épisode)

Le 31 juillet dernier un lieu de culte des Témoins de Jéhovah à Ajaccio en Corse (près de la rocade) fut l'objet d'un ignoble attentat ayant occasionné des dégats matériels sur la porte d'entrée. Si l'incendie a été immédiatement maîtrisé, les conséquences auraient pu être bien plus dramatiques s'il y avait eu des fidèles à l'intérieur au moment de l'explosion.  Aucune réaction du côté des autorités ou des médias, alors que 2 jours après le ministre de l'intérieur s'était déplacé à Ozoir-la-Ferrière, en Seine-et-Marne pour afin de pourfendre les actes antimusulmans (seulement des inscriptions racistes) qui auraient été commis par des extrêmistes dans une mosquée locale " forte de 150 à 200 fidèles". Encore hier la presse et la classe politique ne cessent de s'émouvoir qu'un militaire arrêté ait essayé de commettre des attentats sur une mosquée de Vénissieux près de Lyon ! Les réactions ont pris un tournant politique. La laïcité française qui doit garantir la liberté de culte, l'impartialité et la neutralité de l'Etat envers les confessions n'a t'elle pas encore une fois deux poids et deux mesures ?

salle-du-royaume-ajaccio.jpg

                        La police technique et scientifique devant le lieu de culte des Témoins de Jéhovah en Corse

A Ozoir-la-Ferrière le ministre avait déclaré ceci: «Je ne laisserai jamais dire, ni ne laisserai croire, que les forces de l’ordre [...] privilégieraient davantage les actes antisémites que les actes anti-musulmans ou antichrétiens. Cette rhétorique-là est connue. Elle est fausse.»

Il est vrai que les forces de l'ordre ne peuvent pas protéger tous les lieux de cultes. Reste que ces faits montrent que le discours de protection des cultes par l’État semble s'appliquer à certains (ceux qui offrent un gros vivier de voix électorales) et pas à d'autres (les minorités). Ces réactions nient encore une fois le pluralisme religieux.

D'autant plus que selon Le Corse Matin un policier a déclaré qu'il "ne comprenait pas pourquoi ce groupe pouvait être une cible. L'article ajoutait qu'aucune inscription n'a été pour l'heure découverte sur les lieux. Les témoins de Jéhovah sont présents sur l'île depuis de nombreuses années et ne sont pas contrairement à une idée reçue considérés comme une secte."