Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2014

La vie provient-elle du 'Hasard' ou d'une 'Conception' ?

Quelle personne censée croira qu'une usine d'automobiles pourra bien tourner toute seule sans intelligence ou par le plus grand des hasards ? C'est pourtant ce qu'on veut faire croire pour expliquer les prouesses des cellules des êtres vivants ! Elles seraient apparues par hasard après des millions d'années de lentes évolution dans une soupe chimique organique...Cette conception officielle est largement enseignée dans les écoles françaises comme ailleurs. Pourtant aucun autre dogme scientifique aussi fantaisiste et controversé n'a été autant défendu becs et ongles en dépit du bon sens et des graves lacunes qu'il comporte ! Sur ce sujet beaucoup préfèrent s'en tenir à ce qui est convenu car ils estiment qu'on ne peut découvrir la vérité. Existe-t-il vraiment une zone d'ombre quand à cette question ? Voyez-vous par vous même...

 La racine des préjugés qui entretiennent la propagande évolutionniste

foetusfondnuit2bis.jpgDans les médias francophones, on voit de plus en plus d'étonnement, voire d'incrédulité à l'égard de la montée de ceux qui remettent en question l'évolutionnisme dans la population aux États-Unis. Voici une nation à la fine pointe de la technologie, dont les élites gagnent régulièrement des prix Nobel en sciences et dont une tranche très importante de la population rejette catégoriquement la théorie de l'évolution. Évidemment, l'explication est toute trouvée. Les Américains sont religieux, c'est donc leur religion qui est en cause. Les préjugés ont la vie dure... On pourrait avoir une vision simpliste des choses; d’un côté la foi, de l’autre la science. Nous avons malheureusement tendance à oublier  un peu vite que la foi et la science peuvent être intimement liés et complémentaires. L’un n’exclut pas l’autre. La version officielle, admise, médiatisée et enseignée dans les écoles est celle de l’évolution. Alors, pourquoi ne pas explorer l’autre version des faits, celle que les médias passe sous silence ?

foi darwin.jpgMais encore faut-il s’y pencher sérieusement, travailler son esprit critique et outrepasser le cloisonnement de la pensée unique afin d’en saisir la véritable profondeur. Pourquoi un abandon éventuel du darwinisme serait exclu ? D'autres théories scientifiques ont, par le passé, été critiquées et abandonnées et la planète continue de tourner malgré tout...

Souvent les élites évolutionnistes affirment que si le créationnisme devenait dominant, ce serait la fin de la science et le retour à l'obscurantisme du Moyen Âge. Mais ce n'est rien d'autre que de la propagande, car ils connaissent mal l'histoire de la science. Les plus grande découvertes furent faites par des croyants ! Si on ne prend que le cas de l'informatique, les premiers à faire des recherches dans ce domaine étaient créationnistes. On peut citer beaucoup de noms, tels que Blaise Pascal et sa Pascaline, la première machine à calculer, Copernic, (cosmologie),  Johannes Kepler (fondateur de l’astronomie physique),  Galilée (fondateur de la physique expérimentale), William Harvey (fondateur de la médecine moderne), Robert Boyle (fondateur de la chimie moderne), John Ray (fondateur de la biologie moderne), Isaac Newton (fondateur de la physique classique), Louis Pasteur (fondateur de la microbiologie), William Thomson Kelvin (fondateur de la thermodynamique), et Albert Einstein (fondateur de la physique théorique moderne) Sans compter la liste des 3000 scientifiques modernes qui ne soutiennent pas la théorie de l'évolution établie par Jerry Bergman. Voilà de quoi relativiser et mettre fin au faux débat science contre religion !

“L’univers m’embarrasse et je ne puis songer qu’une telle horloge existe et n’ait pas d’horloger”-Voltaire

La vie hors de portée du hasard

fleurs_infini_naella_00.jpgUn des axiomes de la science est qu'un effet a toujours une cause et cette cause doit avoir la capacité de produire un tel effet, elle doit avoir les propriétés requises. Si on regarde donc les effets de l'origine (diversité biologique, design des structures et mécanismes) il faut constater que la cause attribuée par les évolutionnistes est nettement insuffisante pour produire les résultats que nous observons. En effet la théorie de Charles Darwin insiste sur le moteur de l'évolution qui est constitué du 'couple temps et hasard'. On ne sait pas expliquer ce moteur donc on invente tout un tas d'hypothèses de ce fonctionnement qui n'est pas démontrable ! En d'autres termes la vie proviendrait du couple temps et hasard qui n'est pas observable !

Quelles sont les probabilités pour que cela puisse se faire ?

Le Dr. B. G. Ranganathan dit : « La probabilité que la vie ait une origine accidentelle est équivalente à celle de constituer un dictionnaire en version intégrale suite à une explosion dans une imprimerie » (Origins ? P.-15)

boeing.jpgUn autre scientifique renommé Sir Fred Hoyle, astronome anglais et professeur d’astronomie à l’université de Cambridge a déclaré : « La probabilité qu’une forme avancée de vie émerge de façon aléatoire est comparable à la probabilité qu’apparaisse un Boeing 747 tout assemblé suite au passage d’une tornade dans une cour d’ordures de pièces mécaniques » (Nature, Vol. 294, 12 novembre, 1981, “Hoyle on Evolution,” p. 105).

  Quelle conclusion peut-on donc logiquement en tirer ?

« Plus une chose est statistiquement improbable, plus il est difficile d’attribuer son existence au hasard aveugle. Si l’on analyse les choses de manière superficielle, l’alternative évidente au hasard est celle d’une Intelligence créatrice. »-Dawkins un des plus grand défenseur de l’évolutionnisme !

cerveau.jpgPrenons l'exemple du cerveau humain; il traite plus d’un million de messages par seconde. Il évalue l’importance de toutes ces données, filtrant ce qui est relativement peu important. Cette fonction de tri vous permet de vous concentrer et de vivre en interaction efficace avec votre environnement. Il est capable de raisonnement, de sentiments, de rêves et de projets. Il vous permet d’entreprendre une nouvelle action et d’entrer en relation avec d’autres personnes. Serait-ce le produit du couple hasard et temps ? Impossible !

cerveau_creationnisme_scientifique_athee_00000.jpg

Honnêtement comment analyser ces choses qui dépassent l'intelligence humaine ? Pour Dawkins on rentre dans le champ métaphysique c'est à dire dans un domaine qui lui paraît superficiel. Aurait-il une autre alternative ? Et si cela dépassait largement les capacités humaines ? Le zoologiste français Pierre-Paul Grassé affirme : « lorsque le savant découvre les lois et l’ordre de la nature, il se demande parfois quel ouvrier a conçu les unes et dressé l’autre. Cette question est légitime en soi, mais elle ressort du domaine de la métaphysique et non de celui de la science ». Comme lui, la plupart des scientifiques 'libres' sont obliger d'admettre qu'il y a forcément eu conception, tout en avouant les limites de leur investigation. Mais ils ne nient pas les réalités qui s’affirment au-delà de leur domaine. Quelles sont ces réalités ?

Toute conception requiert un CONCEPTEUR.

La vidéo intéressante ci dessous de 71 mn (en anglais sous-titré en français) donne un petit aperçu sur ces conceptions:

oeil 2.jpg« La partie la plus extraordinaire de l’appareil oculaire est son « film » ou rétine. Cette mince couche de tissu sensible à la lumière recouvrant l’arrière de la cavité de l’œil est plus mince qu’une pellicule de papier d’emballage transparent. Elle est sensible à un écart beaucoup plus étendu de clarté que tout film fabriqué par l’être humain. (…). La rétine, placée dans l’obscurité, est capable de distinguer la lumière produite par un seul photon. À l’inverse, sous un éclairage éclatant, celle-ci s’ajuste afin d’empêcher toute saturation (…) On estime qu’il doit y avoir dix milliards d’opérations à chaque seconde au niveau de la rétine avant même que l’image lumineuse puisse être transmise au cerveau». Chose qu’aucun ordinateur ne peut faire !-Docteur en Biologie David Menton (sans commentaires).

L'activité cellulaire plus ingénieuse qu'une usine !

Une des raisons principales pour lesquelles la théorie de l'évolution ne peut pas expliquer comment la cellule a été produite est sa "complexité irréductible". Une cellule vivante, telle une usine, se maintient parfaitement avec la coopération harmonieuse de plusieurs organites. Si seulement un de ces organites cessait de fonctionner, la cellule ne pourrait plus demeurer en vie. La cellule n'a pas la possibilité d'attendre des mécanismes inconscients comme la sélection naturelle ou la mutation pour lui permettre de se développer. Donc, la première cellule sur terre était nécessairement une cellule complète possédant tous les organites et fonctions nécessaires et cela veut dire sans aucun doute que cette cellule devait avoir être créée.cell_and_organels.jpg

« Chaque cellule du corps humain contient plus information que dans 30 volumes d’une encyclopédie moderne. N’est-il donc pas raisonnable d’en déduire que nous ne nous trouvons pas en face d’un produit du hasard, d’un processus spontané de la nature, mais plutôt d’une preuve de l’existence d’un concepteur intelligent ?»- L'astronome John F.W Hershel.

  Qui pourrait affirmer qu'une usine tourne toute seule, sans l'aide de personnes ou pire qu'elle se soit monter toute seule avec le temps ? C'est pourtant ce que croient les partisans de l'évolutionnisme en soutenant que les premières cellules sont le résultat d'une lente évolution !

D’où vient Dieu ?

electron.jpgC’est une question difficile à appréhender pour nous qui vivons dans un monde matérialisé. Pour tenter de comprendre cette Réalité qui nous échappe. Prenons l’exemple d’un électron qui tourne autour d’un noyau atomique ; avec les plus grands microscopes si l’on devait suivre son déplacement se serait impossible. Il se déplace à plusieurs millions de kilomètre heure. L’impression visuel qu’on aurait c’est que son déplacement est tellement rapide qu’il semblerait être à plusieurs endroits à la fois. Si on devait comprendre ce phénomène à notre échelle on rentre là dans une autre dimension. Or le fait est que le temps dans lequel nous dépendons est une création ! Donc il existe un autre monde parallèle qui n’est tout simplement par régit par notre temps; et qui sait s'il n' existe pas d'autres paramètres encore inconnus ? ! Nos perceptions physiques et notre intelligence ne peuvent donc en comprendre toutes les répercussions sur notre monde physique. C'est donc une réalité spirituelle qui peut nous apparaître comme une évidence que grâce à notre spiritualité.

 Il est temps de rejeter les mythes scientifiques !

 Bien que les discussions touchant les origines soient souvent posées en termes scientifiques, il faut voir plus loin pour se rendre compte que le "problème" fondamental est, en réalité, d'ordre idéologique. Bon nombre de personnes de notre époque ne sont pas intéressées de vivre dans un monde où "Quelqu'un" pourrait regarder au-dessus de leur épaule et faire des remarques sur leur style de vie, leurs attitudes, leurs priorités dans la vie ou sur leur façon de se comporter avec les autres.  Ça, on n'en veut pas, à aucun prix, sinon on préfère un dieu "politiquement correct" et lointain que l'on peut manipuler à souhait et à qui l’on peut faire dire ce qu'on veut. Bon nombre de théologiens catholiques et protestants de notre époque préfèrent une divinité de ce type. Notre siècle à donc besoin d'un mythe d'origines scientifique qui permet d'éliminer (sinon éloigner) le Créateur et c'est ce que nous fournis la théorie de l'évolution. Dans les milieux francophones, très souvent, on réagit de manière strictement émotive aux critiques créationnistes, en général sans jamais prendre la peine d'examiner les arguments avancés ou de lire un livre sérieux à ce sujet. On a entendu, par ouïe dire, que les créationnistes sont des charlatans, des incompétents, des fanatiques religieux qui représentent un danger pour la démocratie et on met de côté le plus tôt possible tout questionnement scientifique à ce sujet.

« J'éprouve l'émotion la plus forte devant le mystère de la vie. Ce sentiment fonde le beau et le vrai, il suscite l'art et la science […] Auréolée de crainte, cette réalité secrète du mystère constitue aussi la religion […] Des hommes s'avouent limités dans leur esprit pour appréhender cette perfection. Et cette connaissance et cet aveu prennent le nom de religion. Ainsi, mais seulement ainsi, je suis profondément religieux, tout comme ces hommes.(...) Un homme qui n'est plus capable de s'émerveiller a pratiquement cessé de vivre. »-Albert Einstein. Extrait : Discours et entretiens (1879-1955)

 

 

Le mental intuitif est un don sacré et le mental rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don (...) Je veux connaître les pensées de Dieu ; tout le reste n'est que détail (…) J'affirme que le sentiment religieux cosmique est le motif le plus puissant et le plus noble de la recherche scientifique." -Albert Einstein.

 

 

 

En réalité, la science et Dieu ne sont pas, et ne seront jamais ennemis sauf entre les mains de ceux qui souhaite anéantir soit l’un, soit l’autre. Il y a des choses que la science ne peut expliquer aujourd'hui; on a sûrement beaucoup à apprendre. Par exemple comment s'est mis en place le temps (qui est une création) ? Qu'est-ce que la 4eme dimension ? Combien existent-t-ils de mondes parallèles ? Ces questions sont importantes pour comprendre le Grand Auteur de la vie. On espère que ces articles pourront aider les personnes désireuses de voir plus claire concernant l'origine de la vie.

08/06/2014

Pour en finir avec Darwin

Au début du XXème siècle, des générations entières ont été bluffé par les arguments apportés par Charles Darwin et d'autres évolutionnistes pour défendre leur concept, alors que la science n'en été qu'à ses premiers balbutiements. Aujourd'hui, bien des personnes qui ne sont pas familiarisés avec les sciences sont tout autant bluffés par les nouveaux arguments sur le marché pour défendre l'évolutionnisme. Tout est fait pour entretenir le doute quand à une conception de la vie...Pourtant même avec les nouvelles hypothèses évolutionnistes ce sont les fondations de la théories de Darwin qui volent en éclats ! Voyez par vous même...

Ce que disent les fossiles retrouvés

anti darwin.jpgIl y aurait de par le monde environ 200 millions de fossiles étudiés. Même les plus anciens sont d'une grande complexité ! Un des exemples les plus flagrants de cela est donné par les trouvailles paléontologiques de la période du cambrien. C'est le nom donné à la période datant d' environ 550 millions d'années, et au cours de laquelle les premiers signes de vie ont été rapportés. Toutes les formes de vie qui existaient à cette époque étaient des créatures pleinement développées possédant des systèmes hautement complexes.

trilobite.jpgPar exemple, une créature, aujourd’hui' hui éteinte, appelée trilobite possédait une structure d’œil composé très compliqué. Constitué de 100 lentilles, cette structure optique est identique à celle de certains insectes modernes comme la libellule. Ce qui est "gênant" pour les évolutionnistes est que cette créature, affichant des structures complexes, est apparue à cette période d'un coup et sans ancêtre.

De l’étude systématique et approfondie des fossiles, trois choses se dégagent :

  • L’absence systématique des formes intermédiaires, ce qui est une indication très claire de la discontinuité entre les différents types de plantes et d’animaux.
  • La complexité évidente de tous les fossiles jamais trouvés, qui défie l’idée d’évolution de formes simples vers des formes complexes.
  • La remarquable stabilité des espèces au cours du temps.

Non seulement ces 3 faits contredisent complètement la théorie de l'évolution développée par Charles Darwin mais ils s'opposent au néodarwinisme et autre théories qui s'y apparentent comme l'illustre la vidéo de 9 min ci dessous:

Que démontre l'étude de la 'matière inanimée' ?

darwin_yenilgi-02-300x168.jpg

« Si l'on arrivait à démontrer qu'il existe un organe complexe qui n'ait pas pu se former par une série de nombreuses modifications graduelles et légères, ma théorie ne pourrait certes plus se défendre. Mais je ne peux trouver aucun cas semblable »-Charles Darwin

 

 

Prenons Charles Darwin au mot et intéressons nous à des choses moins complexes qu'un 'organe'; la matière inertes et ses constituants...

protéine 2.jpgLes évolutionnistes soutiennent que les créatures vivantes se sont formées spontanément à partir de matière inanimée. Ainsi certains pensaient que les asticots survinrent " spontanément " de la viande. Cependant, c'est un postulat qui contredit les principales lois de la biologie. Les protéines (figure ci-contre) sont des blocs complexes de construction de la cellule. Si nous comparons une cellule à un énorme gratte-ciel, les protéines en sont les briques. Dans la nourriture que nous mangeons, les protéines sont cassées et ces morceaux, les aminoacides, sont recombinés selon les codes de l’ADN. Ainsi, les nouvelles protéines dont le corps a besoin sont fabriquées. Cette opération appelée " la synthèse de protéine " est beaucoup plus complexe que l' illustration ci-dessous. Aucun laboratoire ne peut réussir la synthèse de protéine, aussi bien que la cellule ! Combien moins le hasard ! La vie ne peut donc provenir de la matière inerte !

protéine.jpg

« Mais même si la seule question qui se posait sur l’origine de la vie était celle de l’apparition d’une macromolécule d’ADN contenant les instructions codées pour la construction d’un organisme vivant, elle ne saurait être résolue, au regard des connaissances scientifiques actuelles, par le seul hasard et le libre jeu des lois connues de la nature. Tout le temps et la matière de l’univers n’aurait pas suffi pour cela, parce qu’ils ne permettent pas de donner à l’éventualité que ce soit produit au hasard un tel événement, une probabilité de 10 puissance moins 200, qui est le seuil d’impossibilité cosmique. » (Chalmel : l’évolution : mythes et réalités page 76-77).

 On comprend donc pourquoi qu'une une seule protéine, tout aussi "inerte" qu'elle peut paraître, ne peut se former par hasard. Certains évolutionnistes admettent ce fait. Par exemple, Harold Blum, un célèbre scientifique évolutionniste, déclare que " la formation spontanée d'un polypeptide de la taille de la protéine la plus petite connue, semble au-dessus de toute probabilité ".W. R. Bird, The Origin of Species Revisited, Nashville: Thomas Nelson Co., 1991, p. 304.

La revendication que la matière inanimée peut produire la vie est enterrée dans l’histoire pour toujours.” –Louis Pasteur

behe.jpg« Avec l'arrivée de la biochimie moderne, nous sommes désormais capables d'observer le fin fond de la vie. Nous avons aujourd'hui la possibilité d'évaluer clairement si les petites étapes supposées nécessaires à la réalisation d'évolutions importantes sont encore suffisamment découpées. [...] La biochimie a poussé la théorie de C. Darwin à l'extrême. En effet, elle a ouvert la dernière boîte noire, la cellule, nous permettant ainsi de comprendre le fonctionnement de la vie. C'est l'étonnante complexité des structures organiques sous-cellulaires qui suscite l'interrogation suivante : « Comment tout cela a-t-il pu évoluer ? (...) Quelqu'un qui ne se sent pas obligé de restreindre ses recherches à des causes dénuées d'intelligence conclura sans détours que de nombreux systèmes biologiques ont été conçus. Ils l'ont été ni par les lois de la nature, ni même par hasard ou par nécessité ; ils ont été planifiés.»-Michael Behe, professeur de biologie moléculaire.

 La découverte de l'ADN ou l'effondrement de l'arbre de Darwin

L’ADN n’inclut pas seulement le plan des cellules mais également l’organisation complète du corps des créatures vivantes. Qu’il s’agisse de la structure de nos organes intérieurs ou de la forme des ailes d’un oiseau, tout est codé dans l’ADN et ce, jusqu’au plus petit détail. L'ADN est une énorme molécule cachée dans le noyau de chaque cellule vivante. Tous les traits physiques d'une créature sont codés dans cette molécule hélicoïdale. Toutes les informations concernant nos corps, depuis la couleur de nos yeux, jusqu'à la structure de nos organes internes et la forme et les fonctions de nos cellules, sont recensées dans des sections appelées gènes en ADN. Ainsi le noyau de chacune des trillions de cellules composant un être humain inclut une banque de donnée assez grande pour remplir une encyclopédie de 900 volumes ? Qui peut bien croire qu'une encyclopédie se soit constituée toute seule ?

denton.jpg« La proposition que les programmes génétiques des plus hauts organismes, consistant en quelque chose de près de mille millions de morceaux d'informations, équivalents à la série de lettres dans une petite bibliothèque de mille volumes, contenant dans une forme codée d'innombrables milliers d'algorithmes compliqués contrôlant, spécifiant et ordonnant la croissance et le développement de milliard et milliard de cellules sous forme d'organisme complexe, ont été composés par un processus purement hasardeux, est simplement un affront à la raison. Mais pour les darwinistes, l'idée est acceptée sans un murmure de doute »  (Le biochimiste Michael Denton, Evolution: A Theory in Crisis, Londres: Burnett Books, 1985, p. 351)

Les molécules extraordinairement complexes d'une cellule-ARN, ADN et protéines-semblent conçues pour collaborer par une étonnante synchronisation ! Leurs programmes et constitutions hautement élaborées montrent qu'elles ne peuvent pas être le produit d'une lente évolution !

Le médecin mathématicien Schützenberger fait remarquer que « si on regarde l’histoire de l’évolution, cela fait des dizaines et des dizaines de milliers de miracles dont la théorie de l’évolution ne saurait rendre compte« . Dans un autre interview, il faisait l’observation suivante : « supposons que des mutations ont fait apparaître des plumes. Il faut la foi darwinienne du charbonnier pour croire que c’est par hasard qu’est apparue la lignée des oiseaux qui en font des machines volantes aussi performantes »

 « Si les faits ne correspondent pas à la théorie, changez les faits. »- Albert Einstein

 Des tentatives pour ressusciter la croyance de Darwin

Pour trouver une solution à l'impasse, des darwinistes ont avancé vers la fin des années 1930 l’idée de “la théorie synthétique moderne”, ou comme on la connaît plus généralement, sous le nom de néodarwinisme, bien qu’ils soient conscients de son invalidité scientifique. A la sélection naturelle, le néodarwinisme a ajouté les mutations, en tant que “cause de variations favorables”, qui sont des altérations formées dans les gènes des créatures vivantes en raison de facteurs externes comme la radiation ou des erreurs de reproduction.

mutants.jpgLa théorie maintient que des millions de créatures vivantes sur la terre se sont formées suite à un processus par lequel de nombreux organes complexes de ces organismes comme les oreilles, les yeux, les poumons et les ailes, ont subi “des mutations”, c’est-à-dire des désordres génétiques. Pourtant, une évidence scientifique contredit cette théorie. Les mutations n’aident pas les créatures vivantes à se développer; bien au contraire, elles leur ont toujours été nuisibles.

De plus en plus de biologistes, de biochimistes, et d’autres scientifiques, et pas seulement des chrétiens, ont soulevé ces dernières années de sérieuses objections au sujet de la théorie de l’évolution, déclarant que ses conclusions sont quelquefois basées sur des données incomplètes, sommaires et erronées. En d’autres termes, ce qui semble de prime abord comme un argument scientifique infaillible en faveur de l’évolution commence à s’effilocher complètement et irrémédiablement après un examen plus approfondi.

Des découvertes à contrario des postulats évolutionnistes

liouba.jpgOn a longtemps prétendu que le mammouth préhistorique est un animal ancêtre de l'éléphant. Plusieurs découvertes à leur sujet indiquent qu'ils ont disparus 'subitement'. Ainsi en mai 2007 on a découvert intact un bébé mammouth femelle âgée de 3 ou 4 mois, nommée Liouba, dans les glaces du district des Lamal-Nénets (en Russie) avec 'de la vase dans ses organes respiratoires'. Selon Alexei Tikhonov, le directeur adjoint de l'Institut de zoologie de Saint-Pétersbourg, l'animal serait mort "noyé ou a été pris dans de la boue liquide" il y a "42 000" ans (selon la méthode controversée de radio datation au carbone).

mammouth.jpgD'autres mammouths pourtant laineux ont été découverts dans les glaces de Sibérie et d'Alaska, décrits par les scientifiques comme mort subitement. Pour expliquer cela des savants ont avancé l'idée d'une extinction de masse par une comète. Or c'est une façon de tourner autour du pot...Le mammouth découvert par exemple en Sibérie, près de la rivière Berezovka, en 1901 avait encore de l'herbe dans la bouche et dans l'estomac ! L'animal fut mort de froid, rapidement congelé, en plein été il y a environ 12 000 ans. Le contenu de son estomac était si bien conservé qu'il fut facile d'identifier les herbes qu'il avait absorbées : des boutons d'or, des haricots sauvages en pleine floraison, c'est-à-dire dans l'état où cette plante se trouve fin juillet ou début août. La mort avait été subite : dans la gueule de l'animal il y avait encore des brins d'herbe et des fleurs. Sans aucun doute, il avait été surpris par une force prodigieuse, brusquement déchaînée, qui l'avait transporté à des kilomètres de distance de son pâturage habituel. Une patte et le bassin fracturés, il était tombé à genoux et il était mort de froid... dans la saison la plus chaude de l'année.

On a trouvé dans une même strate des les restes fossilisés d'autres animaux comme les rhinocéros, les tigres, les lions, les bisons et les élans ce qui indique clairement qu'ils ont tous disparus en même temps dans un brusque cataclysme (au passage ces espèces existent toujours ce qui contredit les thèses évolutionnistes). Presque toutes les anciennes civilisations font état de cet événement soudain avec des versions plus ou moins proches comme une réminiscence lancinante qui marque de façon universelle les culture et les légendes. Le seul événement plausible reste donc un déluge d'eaux (Selon le récit de la Genèse le déluge eut lieu le 9ème mois; en juin-juillet). Tous les spécialistes s'accordent à reconnaître qu'il y a eu de grands changements climatiques. Mais la plupart des chercheurs préfèrent se tourner vers d'autres pistes pour la même raison qui les a conduit à rester cramponner à la fausse théorie de Darwin...En conséquence, ne pouvant prouver qu'il n'y a pas eu de déluge, ils ne savent toujours pas ce qui s'est passé.

 Le mythe de l'évolution demeure un acte de foi

 N'oublions pas que la théorie de l’évolution est un dogme occidental. En Chine, ou en Inde, par exemple, nombreux sont ceux qui pensent que les premiers hommes naquirent dans ces régions et qu'ensuite ils colonisèrent les autres parties de la terre, rejetant l’idée qu'ils  descendent d'anthropoïdes.

fougereCrosse200po.jpgMalgré les avancés remarquables issues de la génétique ou de la science quantique, par exemple, qui mettent à mal cette théorie, les adeptes de la pensée darwinienne s’efforce de la faire vivre à tout prix en tentant désespérément de trouver le gradualisme manquant. Certains magazines soi-disant scientifiques ainsi que des reportages colportent des « fausses vérités ». Pour appuyer leurs conceptions des chercheurs utilisent de nouvelles appellations compliquées ou un langage scientifique très teinté mais en réalité vide ! Ainsi, le culte du progressisme et du matérialisme triomphant est encore fortement ancré dans les esprits du commun des mortels. 

Pourtant l'histoire de notre espèce ressemble moins à une évolution qu'à une involution. Et c'est bien normal, tout se dégrade. Notre espèce comme le reste vers une déchéance inéluctable. Reste que de nouvelles découvertes depuis ces 30 dernières années ont poussé un nombre toujours plus important de chercheurs à contredire Darwin en concluant qu’il devait y avoir un concepteur intelligent derrière la création et le développement de la vie. C'est ce que développera la prochaine note.

03/06/2014

L'évolutionnisme à la lumière des faits

En juillet 2007 le pape Benoit XVI avait déclaré "qu'il existe de nombreuses preuves scientifiques en faveur d’une évolution qui apparaît comme une réalité que nous devons voir, et qui enrichit notre connaissance de la vie et de l’être en tant que tel." De quelle sorte d'évolution parlait-il ? Quelles en sont les preuves ? Pour le savoir examinons sérieusement ce concept évolutionniste à la lumière de la science !

La réalité de la micro évolution

Selon les biologistes les mutations génétiques sont largement répandues dans les mondes animal et végétal. La micro évolution porte sur ce type de changement; au sein d'une même espèce. Elle se distingue de la macro évolution (théorie de Darwin selon laquelle les espèces en donnent d'autres différentes en fonction d'une 'sélection naturelle pour la survivance du plus apte') !

La micro évolution est un fait vérifiable et le premier a en avoir utilisé le terme serait l'entomologiste russe Yuri Filipchenko en 1927: l'exemple le plus flagrant est celui des bactéries ou des virus qui s'adaptent et se transforment génétiquement pour survivre à de nouvelles 'agressions extérieures' comme les produits antiseptiques...Ou bien les insectes qui développent une forme de résistance (d'origine génétique) aux pesticides et herbicides...Pour ces formes de vie nous avons des spécimens et donc des preuves. Mais en ce qui concerne les paroles du pape elles font référence à la macro évolution qui est plus difficile à démontrer. Les espèces ont elles vraiment évolué en d'autres forme ? Que nous apprennent les scientifiques ?

Quand l’épigénétique contredit la théorie de Darwin

L’épigénétique, la discipline récente qui étudie les changements génétiques à l’intérieur d’une espèce pour s’adapter à l’environnement contredit les théories de l’évolution. En effet si on peut comparer la génétique aux informations contenus dans un livre (ADN) l’épigénétique est l’interprétation faite de cette lecture suivant le milieu ou les molécules vivent. Ainsi en 1988, trois biologistes britanniques ont remarqué que des plantes avaient réussi à survivre au pied de pylônes électriques au Pays de Galle qui, avec les années, avaient laissé échapper le zinc contenu dans leur peinture dans le sol. Le taux de zinc dans la terre atteignait alors des proportions énormes, jusqu’à 10 mg contre 125µg aux alentours. Or, dans ces conditions, aucun végétal ne peut normalement survivre. On serait donc en présence d’une évolution des espèces telle que l’explique Darwin si la plante s’était vraiment transformé ce qui n’a pas été le cas ! Aussi comment expliquer qu’une mutation aléatoire, favorable à la résistance contre le zinc ait pu se produire partout sur des dizaines de kilomètres en aussi peu de temps ? Le darwinisme classique en est incapable. L’épigénétique contredit également l’autre pilier de la théorie de l’évolution selon lequel un organisme ayant réussi à s’adapter à l’environnement ne peut transmettre cette adaptation à sa descendance ; ce qui est faux puisqu’il a été amplement démontré (selon plusieurs expériences sur des rats par exemple) que le marquage des caractères génétiques se transmet d’une génération à une autre !

dog_variation.jpg

Les évolutionnistes supposent que les variations au sein d'une espèce sont une preuve qui corrobore la théorie. Ceci dit, la variation ne constitue pas une preuve de l'évolution car les variations ne sont que le résultat de combinaisons de l'information génétique déjà présente et n'ajoutent aucune autre caractéristique à l'information génétique.

 

 

 Le leurre du chaînon manquant

cadena-300x233.jpg

Qui dit évolution des espèces dit forcément formes de vies intermédiaires; or à  ce jour parmi les centaines de milliers d'espèces il n'existe absolument aucun chaînon reliant ces différentes formes de vie actuelles !

Voici un exemple typique avec un vieux poisson dont a retrouvé les fossiles qui dateraient de 80 millions d'années; le cœlacanthe. On l'a représenté comme tel (voir schéma ci-dessous):

 coel pattes.jpg

Les paléontologistes qui ont retrouvés les fossiles représentés  par la figure 1 ont imaginés que le cœlacanthe (qui signifie « épine dorsale creuse ») avait évolué sous la forme selon la figure 2. Comme il paraissait avoir un poumon régressé et des pattes rudimentaires on pensait qu'il était le chaînon manquant entre les poissons et les animaux terrestres ! 

 

Jusqu'au jour où en 1938 un pêcheur d'Afrique du sud remonte de l'eau un cœlacanthe et surprise... il n'avait ni pattes ni poumon :coe 1939.png

L’information déterminant les espèces existe déjà dans les gènes et il est impossible à la sélection naturelle de produire de nouvelles espèces à travers l’introduction de changements dans les gènes !

87.jpgIl n’y a pas de différence entre les anciens fossiles de reptiles et leurs équivalents actuels. La tortue de mer de 100 millions d’années à gauche est exactement la même que son équivalent moderne.

 

Des failles considérables dans la radio datation au carbone 14

Une forme rare de carbone possède des atomes qui sont 14 fois plus lourds que les atomes d’hydrogène : c’est le carbone 14 qui est dans l’air et radioactif. Le taux de désintégration du carbone 14 est tel que la moitié d’une quantité quelconque se convertit en azote 14 en 5 730 années environ (à 40 ans près). C’est ce qu’on appelle sa « demi-vie ». Ainsi, en deux demi-vies, soit 11 460 ans, il ne restera plus que le quart et ainsi de suite. À la mort d’une plante ou d’un animal, les atomes de carbone 14 qui se désintègrent ne sont plus remplacés, de sorte que la quantité de carbone 14 dans l’être jadis vivant décroît avec le temps. En d’autres mots, le rapport carbone 14/carbone 12 diminue. Si la quantité de 14C par rapport au 12C dans un échantillon est un quart de celle présente dans les organismes vivants actuels, il a un âge théorique de 11 460 ans. Or, tout ce qui est âgé de plus de 50 000 ans ne doit théoriquement plus contenir de 14C détectable. C’est la raison pour laquelle la datation au radiocarbone ne peut donner des millions d’années.

Autre faille; cette méthode ne tient pas compte des changements climatiques ainsi que de la pollution ! En effet e rapport carbone 14/carbone 12 dans l’atmosphère n’a pas toujours été constant ; par exemple, il était plus élevé avant l’ère industrielle au cours de laquelle la combustion massive de combustibles fossiles (houille, hydrocarbures) a libéré une grande quantité de dioxyde de carbone dépourvu de 14C. Aussi, des études indiquent que l’intensité du champ magnétique terrestre a doublé depuis 5 500 ans jusqu’à il y a environ 1 000 ans et que depuis elle décroît…En conséquence, les êtres morts à une certaine époque apparaissent souvent plus vieux par la méthode de datation au carbone 14.

C’est ainsi qu’en 1980, selon le Sunday Times, Mme Ahrens, une peintre sud-africaine avait réalisé une belle peinture rupestre imitant l’art traditionnel bochiman. Peu après cette œuvre a été retrouvée et remise entre les mains du musée de Pietermarisburg qui en ignorant son origine l’a envoyé à l’université d’Oxford pour la radio dater au carbone 14. Les experts ont évalué cette œuvre à…1200 ans ! Une erreur de plus de 1000 ans pour une peinture qui n’en avait que quelques années en réalité ; alors on imagine aisément ce que cela donne sur des vieux fossiles…Les autres méthodes qui font intervenir d'autres radioéléments pour dater les roches (Potassium, Uranium, thorium radioactif) et qui reposent sur le même principes sont également sujettes à caution pour les mêmes raisons.

Même avec la meilleure volonté, il est difficile de ne pas tenir compte des illogismes flagrants qui érodent les fondations de la théorie de Darwin. Les fossiles, de nos jours, ont produit des résultats différents des attentes de Darwin. En fait, aujourd’hui encore, les fossiles réfutent à eux seul toute sa théorie. Il pensait que ses successeurs finiraient par trouver les formes intermédiaires expliquant les transformations lentes et régulières des espèces (gradualisme). Au contraire, les faits révélèrent que d’innombrables êtres vivants n’avaient subi aucun processus d’évolution, qu’ils étaient restés identiques pendant des millions d’années, conservant leurs nombreuses caractéristiques complexes. 

mouches.jpgUne encyclopédie avoue: "Le fait que la plupart des mutations sont néfastes à l'organisme semble difficile à concilier avec l'idée selon laquelle elles sont la source des matériaux nécessaires à l'évolution. En effet, les mutants reproduits dans les manuels de biologie constituent une collection de bizarreries et de monstruosités, et les mutations semblent bien être un processus destructeur plutôt que constructeur." The Encyclopedia Americana (1977), tome X, p. 742

 

Que montrent les découvertes sur la théorie de Darwin ?

Pour le savoir rien de mieux que de visionner la vidéo de 65 mn ci dessous:

La vidéo ci-dessus indique bien que les considérables avancées et découvertes scientifiques dans des domaines tels que l’archéologie, la paléontologie, la biologie ou encore la génétique, semblent rendre la théorie de l’évolution tout simplement invalide, incohérente, impossible et inadaptée à expliquer l’origine de la vie. Avec des arguments toujours plus convaincants en faveur d’une conception intelligente de l’univers et de l’homme, même si des tentatives de falsification visant à démontrer que des formes transitionnelles existent ont desservie la théorie évolutionniste.

 L'apparition soudaine des espèces enterre la théorie !

Charles Darwin a reconnu que : "Si des espèces nombreuses (...) avaient réellement apparu tout à coup, ce fait anéantirait la théorie de l'évolution." (L'origine des espèces, 1983, Maspero, II, p. 378.

Les chercheurs ont creusé les couches de fossiles pendant environ 150 ans cherchant ces formes hypothétiques. Ils ont trouvé des millions de fossiles invertébrés et de fossiles de poissons ; mais, personne n'a jamais trouvé un seul qui soit à mi-chemin entre les deux.

"Toutes les trois subdivisions des poissons osseux apparaissent d'abord dans le registre fossile approximativement au même moment… Comment ont-ils surgi ? Qu'est-ce qui leur permet de diverger si largement ?… Et pourquoi n'y a-t-il pas de forme intermédiaire antérieure ?" -Le paléontologisteGerald T. Todd, "Evolution of the Lung and the Origin of Bony Fishes: A Casual Relationship", American Zoologist, vol. 26, no. 4, 1980, p. 757

fossiles.jpg « L’extrême rareté des formes de transition est le secret de fabrique de la paléontologie... L’historique de la plupart des espèces fossiles comprend deux caractéristiques allant à l’encontre du gradualisme :

 La fixité. La plupart des espèces ne démontrent aucun changement de direction tout au long de leur durée sur terre. Dans le registre fossile, leur apparence est à peu près la même à leur disparition; les changements morphologiques sont habituellement limités et sans direction.  

L’apparition soudaine. Peu importe la zone locale, les espèces n’apparaissent pas graduellement, à la suite de la transformation constante de leurs ancêtres; elles apparaissent plutôt tout d’un coup et « complètement formées »- Stephen J. Gould, paléontologue américain, professeur de géologie et d'histoire des sciences à l'université Harvard.

gould.jpgUne autre preuve non négligeable de l'apparition soudaine des espèces est celle des dinosaures. Les dinosaures étaient les plus grands animaux terrestres n’ayant jamais vécu. Avec leurs corps parfaitement conçus, ils ont vécu sur Terre pendant une longue période. Selon un consensus parmi les scientifiques, ils se seraient éteints à cause d’un désastre météorique. Leur appétit phénoménal a été bien utile compte tenu de l'abondance de végétation qui devait couvrir la terre à l'époque. Le fait qu'ils soient apparus soudainement dans les registres fossiles sans rien qui les relie à des fossiles plus anciens contredit la théorie de Darwin !

Le paléontologiste évolutionniste, Mark Czarnecki, fait le commentaire suivant sur l'échec des évolutionnistes de trouver les fossiles des formes de transition qu'ils recherchent :

"Un problème majeur pour prouver la théorie concerne les archives fossiles ; les empreintes d'espèces disparues conservées dans les formations géologiques de la Terre. Ces archives n'ont jamais révélé de traces des variantes intermédiaires hypothétiques de Darwin -au contraire, les espèces apparaissent et disparaissent soudainement "

Des 'preuves' qui se révèlent des fraudes...

lascaux.jpgLes peintures découvertes dans les grottes de Lascaux ne prouvent pas l'existence d'homo sapiens proche de l'homme. Au contraire; elles sont loin d'être l'œuvre d'un homme soi-disant primitif qui viendrait tout juste de descendre du singe. Ces découvertes archéologiques révèlent cependant que l'homme a toujours été doté d'une compréhension artistique qui s'exprime différemment.

lascaux 2.jpg

Si les générations futures devaient évaluer les œuvres d'art actuelles à la lumière des préjugés évolutionnistes, il en ressortirait une myriade d'opinions à propos de notre société. Les évolutionnistes du futur considéreront peut-être les œuvres de Pablo Picasso, de Salvador Dali, ou d'autres surréalistes, et par extension notre société comme étant plutôt primitives. Cela ne refléterait pourtant pas la réalité des faits.

 

homos sapiens.jpgAu siècle dernier, un certain nombre de squelettes furent découverts dans la vallée de la Neander près de Düsseldorf, en Allemagne. Ils furent reconstruits par un paléontologue du nom de Boule. Ces reconstitutions commencèrent alors à orner les murs des musées et les manuels scolaires partout dans le monde! L'homme de Neandertal était un homme qui souffrait de rachitisme et d'ostéoarthrite (ce qui explique son dos rond), mais aussi que Boule, qui avait à sa disposition tout un assortiment d'os, les avait assemblés de telle façon que l'homme de Néanderthal avait plutôt l'apparence d'un singe. En fait, le squelettte fut reconstruit d'une façon incroyable; par exemple, le gros orteil fut retourné et placé à l'extérieur du pied comme si ce fût un orteil opposé, comme celui d'un singe: cette particularité était présumée obliger l'homme de Néanderthal à marcher sur le bord extérieur de la plante du pied.

Hier-soir-sur-france-2_3.jpgOn peut difficilement s'empêcher de conclure que Boule avait prémédité de reconstruire ces créatures pour leur donner une apparence simiesque. Les savants modernes sont tout naturellement arrivés à la conclusion qu'il s'agissait là d'une erreur colossale. C'est le moins en effet qu'on puisse dire. Mais, en attendant, des millions de personnes ont été (et continuent d'être) trompées. Et il y a eu de nombreux cas comme celui-là qui une fois médiatisés se révèlent en réalité des canulars...

 

Une fraude parmi d’autre pour démontrer la théorie de Darwin !

crane.jpgPendant 40 ans des millions d'étudiants ont contemplé des représentations de l'homme de Piltdown (ou de Dawson) "reconstitué", dont la silhouette ornait les parois de tous les musées du monde. On avait trouvé (en 1912) le "chaînon manquant" de l'évolution: l'homme - singe de Darwin !
Quarante ans plus tard, lorsqu'on eut découvert le test au fluorure, on y soumit la mâchoire et le crâne. Il en résulta que le crâne (d'homme) n'était pas vieux de 500.000 ans comme on l'affirmait, mais seulement d'environ 2 000 ans! Quant à la mâchoire (de singe), elle n'avait que quelques douzaines d'années! On l'examina ensuite au microscope et on découvrit que les dents avaient été soigneusement limées afin de leur donner une apparence humaine. Le tout avait été badigeonné au bichromate et aux sels de fer afin de lui donner une apparence de grand âge. La mâchoire avait été enterrée en vue d'être "découverte", probablement par le Dr. Dawson (le "découvreur"), lequel devint célèbre grâce à cet "homme de Piltdown"... une mystification destinée à prouver la théorie de l'évolution. L'Homme de Piltdown s'avéra être une fraude de A à Z.

adieu lucy.jpgQue dire du fameux crâne de Lucy, un "australopithèque" découvert en Afrique par Donald Johanson ? Lord Solly Zuckerman, un des anatomistes anglais les plus en vue, a passé quinze ans à étudier les restes de l'Australopithèque. Il est arrivé à la conclusion qu'il s'agit d'un singe à cent pour cent ! C'était du bluff...une de plus dans la longue liste des fraudes visant à faire briller des carrières au dépens de la vérité scientifique.

 

Une théorie de l'évolution à géométrie variable

Chaque nouvelle découverte oblige à replâtrer et rafistoler la théorie de l'évolution. On parle aujourd'hui de Néodarwinisme, de la théorie synthétique, du neutralisme, des équilibres ponctués, ou du mutationnisme...C'est pourquoi on ne compte plus une mais plusieurs théorie de l'évolution. Comme quoi la théorie de l'évolution évolue quand à elle !

Selon Charles Darwin, les divers êtres vivants n’étaient pas créés séparément par Dieu mais descendaient tous d’un ancêtre commun et sont devenus différents les uns des autres à cause des conditions naturelles. L’hypothèse de Darwin ne reposait sur aucune découverte ni expérience scientifique. Il était lui même, parfaitement conscient que sa théorie recouvrait plusieurs grandes lacunes et anomalies. Ces difficultés concernaient, en premier chef, les archives fossiles, des organes complexes d’êtres vivants qui ne peuvent pas être expliqués par la coïncidence. Le niveau primitif de la science à l’époque de Darwin (XVIII éme siècle) telles que la génétique, la microbiologie, la biochimie et d’autres n’existaient pas encore. Si celles-ci avaient été découvertes avant que Darwin ne construise sa théorie, ce dernier n’aurait sans doute pas osé avancer ses hypothèses.

"Cette situation dans laquelle des hommes s'unissent pour défendre une doctrine qu'ils sont incapables de définir scientifiquement et encore moins de démontrer avec toute la rigueur scientifique, essayant d'en maintenir le mérite auprès du public par la suppression des critiques et l'élimination des difficultés, cette situation est anormale et indésirable en science (…) Le succès du darwinisme a eu comme conséquence un déclin de l'honnêteté scientifique «-Docteur Thompson-Préface de l’origine des espèces de Darwin.

 Mais comme certains anthropologues affirment que nous descendons du cochon, de la souris, des cétacés, des lémuriens placentaires et peut-être demain du tabouret, tout peut être avancé puisque ces dits doctes n‘étaient pas présents aux époques concernées de la Pangée, du Paléozoïque, du Mésozoïque ni même ai début du Cénozoïque. Il n'en demeure pas moins qu'à la lumière de la science moderne, et de ses récentes découvertes la théorie de Charles Darwin est fausse jusque dans ses fondements ! Mais alors pourquoi une partie de la communauté scientifique s'acharne-t-elle à la préserver ? La prochaine note nous éclairera davantage sur ce sujet.

01/06/2014

La vérité sur Charles Darwin

 De nos jours, lorsque l’on mentionne la question de l’évolution des espèces, le premier nom qui vient à l'esprit est celui de Charles Darwin. Il fut longtemps présenté comme "le plus grand scientifique", le "génie du siècle" ou un homme de science brillant, couronné de succès, et un chercheur objectif. Or quand on scrute ses idées et sa vie, il devient clair que ce n'est pas le cas.

Un chercheur sur l'origine de la vie avec un diplôme de...théologie !

darwinVxAnimx200po.jpgQue sait-on des études de Charles Darwin ? Après quelques années de pensionnat, il se destine à la médecine et entre à l’université d’Edimbourg (Ecosse). Au cours de ses études, il se passionne de plus en plus pour l’histoire naturelle mais néglige les branches médicales. Mécontent des résultats médiocres de son fils, le père de Charles Darwin décide d’inscrire ce dernier à Cambridge afin qu’il y obtienne un diplôme de...théologie !
A Cambridge, Charles Darwin se lie d’amitié avec le révérend John Stevens Henslow, professeur de botanique. Sa fascination pour la nature, les insectes, le monde animal, continue à le dévorer et c’est avec difficulté qu’il obtiendra tout de même, en 1831, sa
maîtrise ès Arts (Master of Arts) dans le domaine de la...théologie (à l'époque avec les matières générales). Darwin, contrairement à ce que tout le monde croît a échoué dans ses études de médecine. Il n'a ni diplôme de biologie, ni ceux de naturaliste, de géologue ou d'anthropologue !!! Il s'est en quelque sorte improvisé autodidacte dans le naturalisme. On ne peut donc pas le classer dans la catégorie des scientifiques.

Une scolarité subie et mal orientée

Charles_Darwin_1816.jpegBien qu'il ait grandi dans une famille riche et cultivée, Charles Darwin n’a pas toujours éprouvé le désir de devenir scientifique, malgré l’intérêt qu’il portait aux êtres vivants qui l’entouraient. À l’école, sa matière préférée était la chimie. Il déclara plus tard "La chimie m’intéressait beaucoup... c’était mon cours préféré à l’école ". Charles faisait collection de scarabées, d’œufs d’oiseaux, de coquillages, de pierres et de fossiles et passait une grande partie de son temps à la chasse.
À seize ans, son père le retira de l’école, considérant que Charles perdait son temps. Il fut envoyé à l’Université d’Edimbourg pour y suivre des études de médecine. Mais Charles n’aimait pas cette matière. Il trouvait les cours rébarbatifs et se sentait mal à l’étude des différentes maladies. Il ne pouvait pas assister aux opérations chirurgicales, qui se passaient alors sans anesthésie. Deux ans plus tard, comprenant que son fils ne serait jamais médecin, son père l’envoya à l’Université de Cambridge pour prendre l’habit ecclésiastique.
Charles vécut trois ans à Cambridge. Bien que ces études ne lui plurent pas, il parvint à obtenir son diplôme. Il se fit également plusieurs amis, conserva l’habitude de collectionner les scarabées et commença à s’intéresser à la géologie, la science qui examine la formation de la terre et de ses couches ou strates.

  Son éducation 'religieuse'

Pendant sa jeunesse, Darwin n'a pas manqué de contact avec la religion. On a enseigné la prière au jeune Charles, baptisé dans la foi anglicane et immergé dans l'unitarisme de sa mère.

Avec sa femme Emma, ils auront dix enfants, dont deux mourront en très bas âge. Sa fille Annie succombera à une maladie à l’âge de 10 ans ; cet événement ébranlera sérieusement la foi en Dieu de Charles Darwin, jusqu’alors très croyant.

"Suite à ces différentes constatations j'en suis peu à peu venu à ne plus croire que le christianisme soit d'inspiration divine". -Charles Darwin

"Le vrai matérialisme fait de Dieu une impossibilité, de la révélation une vue de l'esprit, et de la vie future une absurdité." -Charles Darwin

 Les doutes et les états d'âmes révélateurs du 'chercheur'

darwin ce quoncache.jpgDarwin était en réalité ce qu'on pourrait qualifier 'un chercheur amateur' affligé par de nombreuses maladies non diagnostiquées. Il était taciturne et solitaire, vivait dans un monde spirituel confus et évitait les discussions. Il était plein de doutes, et avait des difficultés à penser logiquement.

Dans une lettre, Darwin confesse qu'il y avait de graves défauts dans la théorie qui l’ont amené au bord du suicide :"Vous me questionnez à propos de mon livre, et tout ce que je peux dire est que je suis prêt à me suicider ; je pensais que c'était écrit correctement mais j'y ai trouvé tellement de besoins de réécriture…"

 

"Je suis plutôt conscient que mes spéculations dépassent largement les limites de la véritable science "-Charles Darwin, L’origine des espèces, GF Flammarion, Paris, 1992, p. 223

"Je me rappelle parfaitement l'époque à laquelle la oeil.jpgpensée de l'œil me faisait frissonner, mais j'ai dépassé cette étape d’étonnement. Maintenant de petites particularités insignifiantes de certaines structures me font souvent me sentir mal à l'aise. Chaque fois que je regarde fixement une plume dans une queue de paon, cela me rend malade "-Charles Darwin

"Je ne peux cependant pas être satisfait de voir cet univers merveilleux, et particulièrement la nature de l'homme… J'ai tendance à voir toutes choses comme la conséquence de lois préconçues… Toutes ces lois peuvent avoir été conçues expressément par un Créateur omniscient, qui a prévu chaque événement et conséquence futurs. Mais plus je réfléchis, et plus je suis confus"-Charles Darwin-Michael Denton, Evolution: une théorie en crise, Flammarion, 1992, p 362

 L'autocritique de son œuvre

Dans une lettre à son ami intime Asa Gray, il a défini sa théorie comme une spéculation extra-scientifique :"Je suis plutôt conscient que mes spéculations dépassent largement les limites de la véritable science"- Charles Darwin, L’origine des espèces, GF Flammarion, Paris, 1992, p. 223

"Une foule d’objections se sont sans doute présentées à l’esprit du lecteur avant qu’il en soit arrivé à cette partie de mon ouvrage. Les unes sont si graves, qu’aujourd’hui encore je ne peux y réfléchir sans me sentir quelque peu ébranlé (…) En pensant à tous les cas d'hommes poursuivant une illusion pendant des années, j’ai été bien souvent parcouru par un frisson glacé et je me suis demandé si je n'avais pas dévoué ma vie à une idée fantaisiste(...) Je peux donner de nombreuses illustrations plutôt frappantes et curieuses dans toutes les classes [d'êtres vivants] ; tellement que je pense que ce ne peut être le fruit du hasard "-La vie et les lettres de Charles Darwin, vol. II, p. 25, 395, 146

Darwin ne publiera sa théorie qu'après 20 ans de réflexion, en 1859, dans son ouvrage : de l'Origine des espèces . Cette attente était due au désir de Darwin d'accumuler le plus de preuves possibles en faveur de sa théorie, et aussi, parce que, nous le verrons plus loin, Darwin commencera à douter de plus en plus de sa théorie. Six éditions différentes se succéderont jusqu’en 1872, au fil desquelles le texte de l’ouvrage évoluera de façon considérable. Charles Darwin prend en effet soin de modifier son texte pour répondre de façon argumentée aux critiques qui lui sont faites, pour corriger des erreurs, pour parachever sa théorie. Aussi la sixième édition comporte-t-elle, au final, 150 pages de plus que la première, et quinze chapitres au lieu de quatorze

Qu’est-ce qui explique qu’un homme qui étudie la nature comme Charles Darwin en vienne à perdre son émerveillement vis-à-vis de sa beauté ? Il l’avoue lui-même : « J'ai également dit qu'autrefois, la peinture me plaisait beaucoup, et la musique me transportait. Mais désormais, depuis de nombreuses années, je ne supporte pas de lire un seul vers de poésie : dernièrement, j'ai essayé de lire Shakespeare et je l'ai trouvé si horriblement ennuyeux que j'en ai été écœuré. De même, j'ai perdu quasiment tout goût pour la peinture ou la musique. […] Mon esprit semble être devenu une sorte de machine à marteler des lois générales à partir de vastes ensembles de données ; mais je ne comprends pas pourquoi il fallait que cela atrophie uniquement la partie du cerveau dont dépendent les goûts supérieurs. […] La perte de ces dispositions affecte le bonheur ; elle peut être préjudiciable à l’intellect, voire davantage au caractère moral, car elle affaiblit la part émotionnelle de notre nature. » Certains ont suggéré que ses problèmes de santé étaient psychogéniques, résultats du conflit intérieur né de ses idées. Son épouse et son ami le Professeur Henslow étaient de fervents croyants en Dieu, ce qui a pu nourrir son malaise, d’autant qu'il ne voulait pas les offenser.

Des postulats dangereux et controversés

Il faut savoir que l'opposition à la théorie de Darwin au tout début est venu non pas des théologiens mais de savants qui se basaient sur des faits ! Voici entre autres ce qui les inquiétaient: 

 1/L'homme descendrait d'une forme simiesque inférieure...

"Ainsi, ce sont bien nos ancêtres qui sont à l'origine de nos mauvaises passions ! Le diable, sous l'apparence du babouin, est notre grand-père. "-Charles Darwin

Il faut savoir que l'opposition à la théorie de Darwin au tout début est venu non pas des théologiens mais de savants qui se basaient sur des faits !

 2/ Certaines races seraient supérieures à d'autres...

Anti-créationniste, Darwin ne croyait pas à l'unité du genre humain. Il distingue parmi les races humaines celles qui sont 'civilisées' (que d'autres appelleront races supérieures) et 'les races sauvages' (ou inférieures) !

"Dans quelque période future, pas très éloignée si l’on compte par siècles, les races civilisées de l’homme extermineront et remplaceront presque certainement les races sauvages dans le monde entier. En même temps, les singes anthropomorphes… seront sans doute exterminés. La rupture entre l’homme et ses plus proches voisins sera alors plus ample, car elle interviendra entre l’homme dans un état plus civilisé, comme nous pouvons l’espérer, que même le Caucasien, et quelque singe aussi peu élevé que le babouin, au lieu d’intervenir comme à présent entre le nègre ou l’Australien et le gorille." (Charles Darwin, The Descent of Man, 2e édition, New York, A L. Burt Co., 1874, p. 178)

  L'idée selon laquelle les Caucasiens seraient supérieurs aux autres races, a infligé une souffrance incroyable sur les générations et a engendré la perpétration de plusieurs actes de sauvagerie qui ont laissé une tâche noire sur l’histoire de plusieurs pays européens.

communist_leaders.jpg

"Les communistes russes, qui ont emboîté le pas à Marx et à Engels, tels que Plekhanov, Lénine, Trotski et Staline, ont tous accepté la théorie de l'évolution. Plekhanov, considéré en tant que fondateur du communisme russe, a vu le marxisme comme l'application du darwinisme aux sciences sociales"-Robert M. Young, Darwinian Evolution and Human History, Historical Studies on Science and Belief, 1980."Mao, qui a établi le règne communiste en Chine et tué des millions de personnes, a énoncé ouvertement que le socialisme chinois était fondé sur la théorie de l'évolution de Darwin"- K. Mehnert, Kampf um Mao's Erbe, Deutsche Verlags-Anstalt, 1977.

"L'historien Hickman explique l'influence du darwinisme sur Hitler: "Hitler était un croyant fervent en l'évolution. Quelles que soient les complexités profondes de sa psychose, il est certain que son livre Mein Kampf expose plusieurs idées évolutionnistes, particulièrement la lutte pour la survie des plus adaptés et l'extermination des faibles, afin de former une meilleure société." (Hickman, R., Biocreation, Science Press, Worthington, OH, pp. 51–52, 1983;

 

Dans une lettre à un ami, Darwin exprima ainsi sa vision de l’avenir: “Partout dans le monde les races les plus civilisées auront éliminé d’innombrables races inférieures.”

Le racisme qui considère les noirs comme des "singes"

singes.jpg

L’image sur le côté est un reflet de la théorie darwiniste sociale qui s’est développé au 19ème  siècle. Un chimpanzé, un gorille, un orang-outan et un homme noir sont montrés sur les branches d’un arbre. Cette haine dégoûtante affichée contre les personnes à la peau sombre, décrites comme une race inférieure, représente l’idéologie fondamentale du darwinisme.

 

 

La notion de races inférieures et l'esprit de compétition propre à cette théorie ont encouragé les rivalités et les guerres et massacres les plus effroyables !

3/ Certaines femmes seraient inférieure biologiquement aux hommes

Résumé de a conception darwinienne sur l’infériorité des femmes

"Puisque les humains avaient évolué à partir des animaux, et que 'nul ne s’oppose au fait que le taureau a une disposition différente de celle de la vache, le sanglier de la truie, l’étalon de la jument, comme il est bien connu des teneurs de ménageries que les primates mâles sont plus larges que les femelles', il doit en être de même pour les femelles humaines" (Darwin, 1896:563). De plus, certains traits des femmes“sont caractéristiques des races inférieures, et sont donc issues d’un passé et d’un état de civilisation inférieurs. (1896:563,564). En résumé, Darwin en conclut que les hommes atteignent: «une éminence plus grande, dans tout ce qu’ils entreprennent, et qu’ils surpassent les femmes – qu’il soit question de réflexion profonde, de raison, d’imagination ou simplement de l’usage des sens ou des mains. Si l’on dressait deux listes des hommes et des femmes les plus éminents en poésie, peinture, sculpture, musique (performance et composition), histoire, science, et philosophie, avec une demi-douzaine de noms sous chaque catégorie, les deux listes ne pourraient être comparées. L’on peut aussi déduire de la loi de la déviation des moyennes – si bien illustrée par M. Galton dans son ouvrage sur “le Génie Héréditaire” – que … la moyenne de puissance mentale chez l’homme doit être au-dessus de celle des femmes”. (Darwin, 1896:564)

Pour Darwin la femme est biologiquement inférieure à l'homme. Darwin voyait dans la femme une certaine infériorité, qu'il argumentait en regardant la vie animale. Plusieurs anthropologues du temps de Darwin ont conclu que “le cerveau des femelles était analogue à celui des animaux”, que les femmes avaient “développé à l’excès leurs organes sensibles au détriment du cerveau”

Au vu de tous ces clichés et postulats de Charles Darwin, on peut se demander pourquoi ce personnage reste encore une référence en matière scientifique ! Charles Darwin était un homme tragiquement engoncé dans l'erreur, pour se plonger dans un abîme de désespoir et d'agnosticisme. Bien que son voyage à bord du Beagle fut encouragé par un révérend (ou pasteur) botaniste, sa théorie a été défendue par des franc-maçons pour servir de base idéologique (quasiment "religieuse") à leurs systèmes de pensée humanistes "athées". Le darwinisme a jeté les bases des principales théories modernes sur l'évolution, et en particulier de son courant majeur : la théorie synthétique de l'évolution, ou néodarwinisme. Ces courants d'investigations n'ont toujours pas validé la théorie de Charles Darwin ! Bien au contraire comme le montrera les notes suivantes. Ils restent néanmoins une nouvelle religion en perte de fondement, comme l'indique fort bien le zoologiste français Pierre P. Grassé, étant lui-même un évolutionniste passionné: "Le hasard devient une sorte de providence, laquelle, sous le couvert de l'athéisme, n'est pas nommée mais est secrètement vénérée."

31/05/2014

Aux origines de l'évolutionnisme

On pense généralement que les fondateurs de la première théorie de l’évolution sont le biologiste français Jean Lamarck (XVIIIème siècle) et le naturaliste anglais Charles Darwin (XIXème siècle). C'est sans compter l'important terreau dans lequel ils ont puisé; le naturalisme ! Comment de ce courant en est-on venue à échafauder une telle hypothèse ?

Le développement antique de la pensée évolutionniste

empedocle.jpgLe concept évolutionniste selon lequel les espèces évoluent au cours du temps remonte à l'Antiquité, dans les idées de penseurs sumériens, égyptiens, grecs, romains, et Chinois. Ainsi le philosophe grec Empédocle (490-435 av. J-C- photo ci-contre) défendit le concept selon lequel les êtres vivants ont une origine non-surnaturelle; il suggéra que l'adaptation n'avait pas besoin de guide ou de cause finale. Il affirma aussi que les hommes et les animaux se sont développés à partir de formes antérieures: des trompes sans cou, des bras sans épaule, des êtres avec deux visages et deux torses etc...des monstres qui périrent. Les mythes grecs et sumériens vont enraciner ces concepts. Plus tard, les penseurs Épicure (341 -270 av .J-C) et Lucrèce (99-55 av.J-C) vont enseigner une doctrine selon laquelle le hasard intervient d’une certaine façon dans le développement de la nature. Pline l'ancien (23-79 de notre ère) sera le premier naturaliste. Ces philosophes, tous matérialistes, donnaient ainsi une explication de la vie par un processus d'évolution matérialiste, qui offrait une alternative à la croyance populaire en une création surnaturelle. La pensée évolutionniste fut consolidée par le Zoroastrisme et le Shamanisme. Cependant avec la diffusion du Christianisme, cette philosophie païenne fut, en grande partie, abandonnée.

L'évolutionnisme à travers 'le courant naturaliste' 

Le naturalisme croit que l'essence de l'univers repose dans la nature qui possède une force créatrice. Il provient de la pensée transformiste et semble aussi absurde que l’idée d’une bibliothèque qui se créerait sans écrivains. En 1744, Buffon annonce que l’âge de la Terre serait d’environ 74 000 ans, un calcul qui éloigne de beaucoup les estimations que l’Église fit à partir de la Bible selon lesquelles Dieu aurait créé le monde il y a un peu plus de 5 000 ans (or il s'agissait en réalité de la date de création du premier homme Adam). Disciple de Buffon, Lamarck (1744 – 1829) formula une théorie du transformisme qui explique l’évolution des êtres vivants depuis l’origine en tenant compte d’une progression qui irait du plus simple au plus complexe.

En 1830 les principes de géologie de Charles Lyell (1797-1875), émirent des doutes sur le récit de 'la création en 6 jours'. Le fondement du scepticisme fut posé. De nouveaux instruments furent découverts qui enthousiasmèrent les gens et les incitèrent à s'intéresser aux travaux des savants et à la science; le télescope, le microscope, la machine à vapeur, l’électricité etc...

Le terreau naturaliste franc-maçon

 

erasmus D.jpgCelui qui joua un rôle important dans l’origine de la théorie de l’évolution fut bien Erasmus Darwin (1731-1802), grand-père de Charles Darwin. Erasmus Darwin était un franc-maçon contemporain de Lamarck. Physicien, psychologue et poète, il était reconnu comme une autorité. Il s’est surtout fait remarqué comme l’un des plus célèbres naturalistes d’Angleterre. Dans les années 1780-1790, Erasmus Darwin développa les grandes lignes de la théorie de l’évolution, selon laquelle toute vie provient, par hasard et selon les lois de la nature, d’un seul ancêtre commun. Il fit ses recherches dans un jardin botanique de 32.000 m2 qu’il avait préparé, et chercha des preuves qui prouvent sa théorie. Il l’expliqua dans deux livres intitulés Le Temple de la Nature et La Zoonomie où se trouvaient pour la première fois exposées des idées transformistes assez voisines de celles que le Français Lamarck allait soutenir avec un grand courage et assez peu de succès à partir de l’année 1800. C'était une résurrection de l'ancienne croyance païenne qui maintient que la nature possède une force créatrice. Ainsi, Erasmus développa la logique fondamentale qui a donné forme au darwinisme. En 1784 il fonda la Société Philosophique de Derby pour promouvoir ces idées. Elle deviendra un des plus grands et des plus passionnés supporters des idées de Charles Darwin. 

robertdarwin.jpgErasmus Darwin fut un des maîtres de la loge maçonnique de Canongate Kilwinning à Edinbourgh, en Ecosse. De plus, il semble qu'il ait eu des liens à un moment donné avec les Clubs Jacobins de France, ou avec les Illuminati, qui étaient connectés à certaines loges maçonniques de France et dont le devoir principal était de s'opposer à la religion. Erasmus a enseigné à son fils Robert Darwin (le père de Charles Darwin; photo ci-contre) à être comme lui libre-penseur et a fait de lui un membre des loges maçonniques. Robert de son côté, au départ plus tolérant envers la religion donnera naissance à Charles, celui qui élaborera la théorie sujette à controverse...

La théorie de la sélection naturelle de Charles Darwin

portrait_darwin.jpegLe plus célèbre des naturalistes anglais, Charles Robert Darwin (1809-82) auteur de la théorie de la descendance modifiée par le moyen de la sélection naturelle (plus couramment désignée sous les termes de « théorie de l’évolution »), à laquelle s’est rallié l’ensemble de la pensée transformiste moderne, naquit à Shrewsbury (Angleterre) dans une famille aisée, cinquième enfant de Robert Waring Darwin, médecin connu, et de Susannah Wedgwood, céramiste renommé et patron d’industrie. Après de pénibles études de médecine à Édimbourg, puis de théologie à Cambridge où il s’adonne à sa passion des Insectes puis à la chasse.

En 1831, le révérend John Stevens Henslow le recommande pour un poste de naturaliste, dans le cadre d’une expédition visant à élaborer la cartographie de la côte d’Amérique du Sud. il s’embarque pour ce voyage en décembre, à bord du vaisseau le Beagle. Lors de ce voyage, il lira les Principes de géologie de Lyell dans lesquels il trouvera une importante source d'inspiration pour élaborer sa théorie de la sélection naturelle. En 1839, Darwin devient membre de la Royal Society de Londres (société franc-maçonne), épouse sa cousine Emma Wedgwood (avec laquelle il s’installera trois ans plus tard à Down, au sud-est de Londres). En 1859, préoccupé par le risque de voir son ami dépouillé de la paternité de sa découverte, Lyell intervient pour convaincre Darwin de publier sa théorie. Darwin entreprend alors la réalisation d’un immense ouvrage qui deviendra, après allégement, L’Origine des espèces.  Le 19 avril 1882, Darwin s’éteint à Down, laissant une immense correspondance, des notes inédites et une Autobiographie rédigée en 1876 à l’intention de ses enfants. La dépouille de Darwin, accompagnée par des personnalités éminentes, sera inhumée une semaine plus tard, au terme d’un cérémonial imposant, dans le « Panthéon anglais » de l’Abbaye de Westminster, à la suite d'un arrangement avec le doyen anglican de cette abbaye.

Le postulat fondamental de Charles Darwin:

darwin10.gifDans son livre De l'origine des espèces, Charles Darwin a développa la théorie scientifique selon laquelle l’homme est le résultat d’une très lente évolution biologique – et non une création divine comme on le croyait jusque là. Darwin affirmait que pour survivre, les espèces animales et végétales n’ont pas eu d’autre choix que d’ « évoluer » ; ou s’ « adapter » à leur nouvel environnement et climat. Ainsi, au fil de cette lente « évolution biologique », est apparu l’être humain. Cette évolution est très lente et requiert plusieurs milliers, voire millions d’années. C’est ce que le naturaliste appelle la « sélection naturelle », mécanisme principal de l’évolution des espèces (sélection de survie et sélection sexuelle).

L’amalgame entre micro et macro-évolution trompent beaucoup de personnes dans la recherche de la vérité. Les règles de l’hérédité sont décrites par les lois de Mendel, qui constituent aujourd’hui l’une des bases de la génétique expérimentale. Si l’on considère en plus les influences climatiques ainsi que d’autres paramètres, on obtient des nouvelles variantes d’animaux existants ou aussi d’hommes, qui ne constituent pas une évolution supérieure au sens des théories de Charles Darwin mais tout simplement une micro-évolution au sein d’une espèce déjà toute créée. Car passer de la micro-évolution (modifications que peuvent subir certaines espèces et qui est prouvée par la science)  à la macro-évolution (celle qui explique l’origine des espèces) est un pas de foi dans le néant.

La sélection sexuelle

5514charles-darwin-and-his-wife.jpgDarwin découvrit que la sélection naturelle n'expliquait pas tout : à côté de la lutte pour la survie, les espèces déployaient des caractères secondaires dans la compétition pour la reproduction. La sélection sexuelle a l'avantage d'expliquer pourquoi certains attributs ou comportements représentent des handicaps au regard de la survie ; elle éclaire aussi l'origine du dimorphisme sexuel. Un fait curieux est que, contrairement à ce que l'on pourrait penser, il n'y a pas de déséquilibre important entre le nombre de femelles et de mâles dans la nature.
En effet, que les mâles rivalisent pour plaire aux femelles paraît impliquer que les premiers soient en surnombre par rapport aux secondes. Inversement, un seul mâle pouvant féconder plusieurs femelles, on pourrait aussi bien s'attendre à un déséquilibre dans l'autre sens. Or les statistiques disponibles à l'époque de Darwin montraient que, sauf cas particulier, il n'en est rien.

 Les dispensateurs de la théorie de la sélection naturelle

 huxley.jpgEn pensant que le darwinisme pourrait servir leur cause, les franc-maçons jouèrent un grand rôle dans sa propagation parmi les gens. Dès que la théorie de Darwin fut publiée, un groupe de propagandistes volontaires se constitua, le plus célèbre d’entre eux fut Thomas Huxley surnommé le "bouledogue" de Darwin. Huxley, "dont l’ardent soutien à cette théorie était la seule cause responsable de sa rapide acceptation" attira l’attention mondiale sur la théorie de l’évolution, lors d’un débat qui eut lieu au musée de l’Université d’Oxford, Université où il était entré le 30 juin 1860 avec l’évêque anglais Samuel Wilberforce. Le grand dévouement d’Huxley dans la diffusion de l’idée de l’évolution, avec l’aide de ses contacts avec l"establishment", s’explique de la façon suivante : Huxley était membre de la Royal Society, l’une des plus prestigieuses institutions scientifiques et, comme pratiquement tous ses membres qui la composaient, il était un franc-maçon de haut rang. D’autres membres de cette société prêtèrent à Darwin un appui solide avant et après la publication du livre. Cette communauté maçonnique adopta Darwin et sa théorie à un tel point, qu’à l’instar du Prix Nobel, la médaille de Darwin fut attribuée annuellement à un scientifique considéré digne de cet honneur. 

Julian Huxley petit-fils de Thomas Huxley, "le bouledogue de Darwin" et ancien président de l'UNESCO (United Nations Educational Scientific Cultural Organization) a déclaré lors d’une émission télévisée:
"Nous avons tous sauté sur l'origine parce que la notion de Dieu faisait obstacle à nos mœurs sexuelles" Chacun appréciera l'objectivité derrière cette farce !

Un courant de pensée devenue une nouvelle croyance religieuse

Les simples observations de Darwin allaient pourtant être admises sans preuves comme étant - LA vérité absolue - et ce à l’heure où certaines sociétés secrètes voulaient en découdre avec les valeurs morales et les règles de l’Eglise pour leur substituer celles du laxisme de la décadence morale. Les théories de l'évolution vont souvent être défendues becs et ongles sans fondements pour enterrer l'idée d'un Dieu créateur; elles deviendront une sorte de religion qui favorisa amplement l'athéisme !

 Bien entendu, de nombreux articles scientifiques, sérieux et pertinents présentent la théorie de l’évolution comme une hypothèse impossible avec les récentes découvertes scientifiques qu'il devient difficile d'y adhérer. Les faits sont nombreux; certains seront développés un peu plus loin. Nous espérons que cet article vous aura aider à y voir plus clair. La prochaine note montrera d'autres facettes que l'on ne souhaite pas dire au sujet des travaux de Charles Darwin...