Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2014

Pour en finir avec Darwin

Au début du XXème siècle, des générations entières ont été bluffé par les arguments apportés par Charles Darwin et d'autres évolutionnistes pour défendre leur concept, alors que la science n'en été qu'à ses premiers balbutiements. Aujourd'hui, bien des personnes qui ne sont pas familiarisés avec les sciences sont tout autant bluffés par les nouveaux arguments sur le marché pour défendre l'évolutionnisme. Tout est fait pour entretenir le doute quand à une conception de la vie...Pourtant même avec les nouvelles hypothèses évolutionnistes ce sont les fondations de la théories de Darwin qui volent en éclats ! Voyez par vous même...

Ce que disent les fossiles retrouvés

anti darwin.jpgIl y aurait de par le monde environ 200 millions de fossiles étudiés. Même les plus anciens sont d'une grande complexité ! Un des exemples les plus flagrants de cela est donné par les trouvailles paléontologiques de la période du cambrien. C'est le nom donné à la période datant d' environ 550 millions d'années, et au cours de laquelle les premiers signes de vie ont été rapportés. Toutes les formes de vie qui existaient à cette époque étaient des créatures pleinement développées possédant des systèmes hautement complexes.

trilobite.jpgPar exemple, une créature, aujourd’hui' hui éteinte, appelée trilobite possédait une structure d’œil composé très compliqué. Constitué de 100 lentilles, cette structure optique est identique à celle de certains insectes modernes comme la libellule. Ce qui est "gênant" pour les évolutionnistes est que cette créature, affichant des structures complexes, est apparue à cette période d'un coup et sans ancêtre.

De l’étude systématique et approfondie des fossiles, trois choses se dégagent :

  • L’absence systématique des formes intermédiaires, ce qui est une indication très claire de la discontinuité entre les différents types de plantes et d’animaux.
  • La complexité évidente de tous les fossiles jamais trouvés, qui défie l’idée d’évolution de formes simples vers des formes complexes.
  • La remarquable stabilité des espèces au cours du temps.

Non seulement ces 3 faits contredisent complètement la théorie de l'évolution développée par Charles Darwin mais ils s'opposent au néodarwinisme et autre théories qui s'y apparentent comme l'illustre la vidéo de 9 min ci dessous:

Que démontre l'étude de la 'matière inanimée' ?

darwin_yenilgi-02-300x168.jpg

« Si l'on arrivait à démontrer qu'il existe un organe complexe qui n'ait pas pu se former par une série de nombreuses modifications graduelles et légères, ma théorie ne pourrait certes plus se défendre. Mais je ne peux trouver aucun cas semblable »-Charles Darwin

 

 

Prenons Charles Darwin au mot et intéressons nous à des choses moins complexes qu'un 'organe'; la matière inertes et ses constituants...

protéine 2.jpgLes évolutionnistes soutiennent que les créatures vivantes se sont formées spontanément à partir de matière inanimée. Ainsi certains pensaient que les asticots survinrent " spontanément " de la viande. Cependant, c'est un postulat qui contredit les principales lois de la biologie. Les protéines (figure ci-contre) sont des blocs complexes de construction de la cellule. Si nous comparons une cellule à un énorme gratte-ciel, les protéines en sont les briques. Dans la nourriture que nous mangeons, les protéines sont cassées et ces morceaux, les aminoacides, sont recombinés selon les codes de l’ADN. Ainsi, les nouvelles protéines dont le corps a besoin sont fabriquées. Cette opération appelée " la synthèse de protéine " est beaucoup plus complexe que l' illustration ci-dessous. Aucun laboratoire ne peut réussir la synthèse de protéine, aussi bien que la cellule ! Combien moins le hasard ! La vie ne peut donc provenir de la matière inerte !

protéine.jpg

« Mais même si la seule question qui se posait sur l’origine de la vie était celle de l’apparition d’une macromolécule d’ADN contenant les instructions codées pour la construction d’un organisme vivant, elle ne saurait être résolue, au regard des connaissances scientifiques actuelles, par le seul hasard et le libre jeu des lois connues de la nature. Tout le temps et la matière de l’univers n’aurait pas suffi pour cela, parce qu’ils ne permettent pas de donner à l’éventualité que ce soit produit au hasard un tel événement, une probabilité de 10 puissance moins 200, qui est le seuil d’impossibilité cosmique. » (Chalmel : l’évolution : mythes et réalités page 76-77).

 On comprend donc pourquoi qu'une une seule protéine, tout aussi "inerte" qu'elle peut paraître, ne peut se former par hasard. Certains évolutionnistes admettent ce fait. Par exemple, Harold Blum, un célèbre scientifique évolutionniste, déclare que " la formation spontanée d'un polypeptide de la taille de la protéine la plus petite connue, semble au-dessus de toute probabilité ".W. R. Bird, The Origin of Species Revisited, Nashville: Thomas Nelson Co., 1991, p. 304.

La revendication que la matière inanimée peut produire la vie est enterrée dans l’histoire pour toujours.” –Louis Pasteur

behe.jpg« Avec l'arrivée de la biochimie moderne, nous sommes désormais capables d'observer le fin fond de la vie. Nous avons aujourd'hui la possibilité d'évaluer clairement si les petites étapes supposées nécessaires à la réalisation d'évolutions importantes sont encore suffisamment découpées. [...] La biochimie a poussé la théorie de C. Darwin à l'extrême. En effet, elle a ouvert la dernière boîte noire, la cellule, nous permettant ainsi de comprendre le fonctionnement de la vie. C'est l'étonnante complexité des structures organiques sous-cellulaires qui suscite l'interrogation suivante : « Comment tout cela a-t-il pu évoluer ? (...) Quelqu'un qui ne se sent pas obligé de restreindre ses recherches à des causes dénuées d'intelligence conclura sans détours que de nombreux systèmes biologiques ont été conçus. Ils l'ont été ni par les lois de la nature, ni même par hasard ou par nécessité ; ils ont été planifiés.»-Michael Behe, professeur de biologie moléculaire.

 La découverte de l'ADN ou l'effondrement de l'arbre de Darwin

L’ADN n’inclut pas seulement le plan des cellules mais également l’organisation complète du corps des créatures vivantes. Qu’il s’agisse de la structure de nos organes intérieurs ou de la forme des ailes d’un oiseau, tout est codé dans l’ADN et ce, jusqu’au plus petit détail. L'ADN est une énorme molécule cachée dans le noyau de chaque cellule vivante. Tous les traits physiques d'une créature sont codés dans cette molécule hélicoïdale. Toutes les informations concernant nos corps, depuis la couleur de nos yeux, jusqu'à la structure de nos organes internes et la forme et les fonctions de nos cellules, sont recensées dans des sections appelées gènes en ADN. Ainsi le noyau de chacune des trillions de cellules composant un être humain inclut une banque de donnée assez grande pour remplir une encyclopédie de 900 volumes ? Qui peut bien croire qu'une encyclopédie se soit constituée toute seule ?

denton.jpg« La proposition que les programmes génétiques des plus hauts organismes, consistant en quelque chose de près de mille millions de morceaux d'informations, équivalents à la série de lettres dans une petite bibliothèque de mille volumes, contenant dans une forme codée d'innombrables milliers d'algorithmes compliqués contrôlant, spécifiant et ordonnant la croissance et le développement de milliard et milliard de cellules sous forme d'organisme complexe, ont été composés par un processus purement hasardeux, est simplement un affront à la raison. Mais pour les darwinistes, l'idée est acceptée sans un murmure de doute »  (Le biochimiste Michael Denton, Evolution: A Theory in Crisis, Londres: Burnett Books, 1985, p. 351)

Les molécules extraordinairement complexes d'une cellule-ARN, ADN et protéines-semblent conçues pour collaborer par une étonnante synchronisation ! Leurs programmes et constitutions hautement élaborées montrent qu'elles ne peuvent pas être le produit d'une lente évolution !

Le médecin mathématicien Schützenberger fait remarquer que « si on regarde l’histoire de l’évolution, cela fait des dizaines et des dizaines de milliers de miracles dont la théorie de l’évolution ne saurait rendre compte« . Dans un autre interview, il faisait l’observation suivante : « supposons que des mutations ont fait apparaître des plumes. Il faut la foi darwinienne du charbonnier pour croire que c’est par hasard qu’est apparue la lignée des oiseaux qui en font des machines volantes aussi performantes »

 « Si les faits ne correspondent pas à la théorie, changez les faits. »- Albert Einstein

 Des tentatives pour ressusciter la croyance de Darwin

Pour trouver une solution à l'impasse, des darwinistes ont avancé vers la fin des années 1930 l’idée de “la théorie synthétique moderne”, ou comme on la connaît plus généralement, sous le nom de néodarwinisme, bien qu’ils soient conscients de son invalidité scientifique. A la sélection naturelle, le néodarwinisme a ajouté les mutations, en tant que “cause de variations favorables”, qui sont des altérations formées dans les gènes des créatures vivantes en raison de facteurs externes comme la radiation ou des erreurs de reproduction.

mutants.jpgLa théorie maintient que des millions de créatures vivantes sur la terre se sont formées suite à un processus par lequel de nombreux organes complexes de ces organismes comme les oreilles, les yeux, les poumons et les ailes, ont subi “des mutations”, c’est-à-dire des désordres génétiques. Pourtant, une évidence scientifique contredit cette théorie. Les mutations n’aident pas les créatures vivantes à se développer; bien au contraire, elles leur ont toujours été nuisibles.

De plus en plus de biologistes, de biochimistes, et d’autres scientifiques, et pas seulement des chrétiens, ont soulevé ces dernières années de sérieuses objections au sujet de la théorie de l’évolution, déclarant que ses conclusions sont quelquefois basées sur des données incomplètes, sommaires et erronées. En d’autres termes, ce qui semble de prime abord comme un argument scientifique infaillible en faveur de l’évolution commence à s’effilocher complètement et irrémédiablement après un examen plus approfondi.

Des découvertes à contrario des postulats évolutionnistes

liouba.jpgOn a longtemps prétendu que le mammouth préhistorique est un animal ancêtre de l'éléphant. Plusieurs découvertes à leur sujet indiquent qu'ils ont disparus 'subitement'. Ainsi en mai 2007 on a découvert intact un bébé mammouth femelle âgée de 3 ou 4 mois, nommée Liouba, dans les glaces du district des Lamal-Nénets (en Russie) avec 'de la vase dans ses organes respiratoires'. Selon Alexei Tikhonov, le directeur adjoint de l'Institut de zoologie de Saint-Pétersbourg, l'animal serait mort "noyé ou a été pris dans de la boue liquide" il y a "42 000" ans (selon la méthode controversée de radio datation au carbone).

mammouth.jpgD'autres mammouths pourtant laineux ont été découverts dans les glaces de Sibérie et d'Alaska, décrits par les scientifiques comme mort subitement. Pour expliquer cela des savants ont avancé l'idée d'une extinction de masse par une comète. Or c'est une façon de tourner autour du pot...Le mammouth découvert par exemple en Sibérie, près de la rivière Berezovka, en 1901 avait encore de l'herbe dans la bouche et dans l'estomac ! L'animal fut mort de froid, rapidement congelé, en plein été il y a environ 12 000 ans. Le contenu de son estomac était si bien conservé qu'il fut facile d'identifier les herbes qu'il avait absorbées : des boutons d'or, des haricots sauvages en pleine floraison, c'est-à-dire dans l'état où cette plante se trouve fin juillet ou début août. La mort avait été subite : dans la gueule de l'animal il y avait encore des brins d'herbe et des fleurs. Sans aucun doute, il avait été surpris par une force prodigieuse, brusquement déchaînée, qui l'avait transporté à des kilomètres de distance de son pâturage habituel. Une patte et le bassin fracturés, il était tombé à genoux et il était mort de froid... dans la saison la plus chaude de l'année.

On a trouvé dans une même strate des les restes fossilisés d'autres animaux comme les rhinocéros, les tigres, les lions, les bisons et les élans ce qui indique clairement qu'ils ont tous disparus en même temps dans un brusque cataclysme (au passage ces espèces existent toujours ce qui contredit les thèses évolutionnistes). Presque toutes les anciennes civilisations font état de cet événement soudain avec des versions plus ou moins proches comme une réminiscence lancinante qui marque de façon universelle les culture et les légendes. Le seul événement plausible reste donc un déluge d'eaux (Selon le récit de la Genèse le déluge eut lieu le 9ème mois; en juin-juillet). Tous les spécialistes s'accordent à reconnaître qu'il y a eu de grands changements climatiques. Mais la plupart des chercheurs préfèrent se tourner vers d'autres pistes pour la même raison qui les a conduit à rester cramponner à la fausse théorie de Darwin...En conséquence, ne pouvant prouver qu'il n'y a pas eu de déluge, ils ne savent toujours pas ce qui s'est passé.

 Le mythe de l'évolution demeure un acte de foi

 N'oublions pas que la théorie de l’évolution est un dogme occidental. En Chine, ou en Inde, par exemple, nombreux sont ceux qui pensent que les premiers hommes naquirent dans ces régions et qu'ensuite ils colonisèrent les autres parties de la terre, rejetant l’idée qu'ils  descendent d'anthropoïdes.

fougereCrosse200po.jpgMalgré les avancés remarquables issues de la génétique ou de la science quantique, par exemple, qui mettent à mal cette théorie, les adeptes de la pensée darwinienne s’efforce de la faire vivre à tout prix en tentant désespérément de trouver le gradualisme manquant. Certains magazines soi-disant scientifiques ainsi que des reportages colportent des « fausses vérités ». Pour appuyer leurs conceptions des chercheurs utilisent de nouvelles appellations compliquées ou un langage scientifique très teinté mais en réalité vide ! Ainsi, le culte du progressisme et du matérialisme triomphant est encore fortement ancré dans les esprits du commun des mortels. 

Pourtant l'histoire de notre espèce ressemble moins à une évolution qu'à une involution. Et c'est bien normal, tout se dégrade. Notre espèce comme le reste vers une déchéance inéluctable. Reste que de nouvelles découvertes depuis ces 30 dernières années ont poussé un nombre toujours plus important de chercheurs à contredire Darwin en concluant qu’il devait y avoir un concepteur intelligent derrière la création et le développement de la vie. C'est ce que développera la prochaine note.