Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/11/2014

L'influence française en Afrique

 La France qui fut la première puissance coloniale en Afrique a mené les luttes expansionnistes parmi les plus meurtrières. 40 années après l'indépendance de ces peuples le continent continue d'être agité par des guerres civiles qui font encore beaucoup de victimes. Il est très intéressant de se pencher sur les liens qui existent encore entre les différents acteurs de ces conflits et l’État français qui non seulement les a soutenu mais a participé aux différents bouleversements de la région. Pour y voir plus claire, voici quelques dossiers de synthèse sulfureux et troublant sur les drames qu'on subi nombre d'Africains ces dernières décennies. Leurs tribulations forcent le respect et la compassion.

 De "l'Union française" à la "Mafiafric"

foccart.jpgLoin de vouloir critiquer la politique française en Afrique ainsi que son armée (qui ne faisait qu'obéir aux ordres), il s'agit simplement de constater comment de puissants réseaux idéologiques ont pu avoir la mainmise sur les plus grandes autorités africaines afin qu'elles obéissent à leurs idéaux et à leurs intérêts. Dans le contexte de l'époque de la guerre froide, l'Otan a encouragé ses membres à barrer la route en Afrique au communisme. Il y avait aussi des intérêts économiques à défendre. C'est pourquoi, la France s'est investie implicitement du rôle de « gendarme de l'Afrique » dans une espèce de diplomatie parallèle. Dès 1952, le conseiller politique Jacques Foccart (photo ci-contre) est coopté par le groupe sénatorial gaulliste pour participer à l'Union française, censée gérer les rapports de la France avec ses colonies. Cette politique menée depuis l’Élysée est péjorativement perçue comme "la Françafrique"Paradoxalement, l'objectif de la décolonisation menée à bien par le général de Gaulle n'était pas véritablement de quitter l'Afrique, mais de partir pour mieux y rester. En d'autres termes, il fallait que « tout change pour que tout reste la même chose ». La cellule élyséenne comprenait une centaine de fonctionnaires.
Elle commença par avoir la mainmise sur le Gabon, eldorado pétrolier de l'époque, comme pierre angulaire de la politique africaine de la France. Elle est également considérée comme l'instigateur d'interventions militaires (« politique du Jaguar »), de conspirations et coups d'État dans les autres pays de l'ancien Empire colonial français en Afrique. En Guinée, elle appuie les opposants de Sékou Touré ; au Congo-Kinshasa, elle soutient le maréchal Mobutu. Elle a également dès 1967 apporté son concours aux sécessionnistes biafrais du Nigeria, par livraisons d'armes et mercenaires interposés (Bob Denard).

Pierre Biarnès, cité par Philippe Gaillard, a résumé ainsi les constantes de la politique de la France à l'égard de ses anciennes colonies qu'il a été chargé d'appliquer : « Consolider le pouvoir des dirigeants qui jouaient loyalement le jeu de l'amitié franco-africaine… et faire sentir le mors à ceux qui regardaient un peu trop dans d'autres directions ; contrer en même temps les visées des puissances concurrentes dès qu'elles étaient jugées menaçantes »-Les Français en Afrique noire de Richelieu à Mitterrand, Paris, Armand Colin, 1987. C'est ce qui s'est passé au Rwanda...

Un continent sur-exploité en perpétuelle effervescence

Il y aurait plus de 10 000 militaires français en Afrique. En Afrique centrale, 97% des états sont francophones et la majorité sont des régimes dictatoriaux entretenue par la France. C'est d'ailleurs l'Afrique francophone qui regroupe le plus grand nombre de dictateurs dans le continent noir. Certains parlent de dé-civilisation. De 1960 à 2013, la France est intervenue 50 fois en Afrique francophone et 7 fois en Centrafrique

Le nombre de victimes des guerres civiles ou ethniques (sans parler des autres violences, des femmes violées et des millions de déplacés) en Afrique en dit long sur la politique adoptée par l'Union française depuis les années 80 d'autant plus quand on sait qui a armé les différentes milices en faction ! La France figure en peloton de tête avec la Russie, la Chine, les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Allemagne.

Cartes des conflits en Afrique depuis 1960:

carte afrique.gif

 Le continent subissant des troubles tous azimuts la moitié des missions de l'Onu avec leurs déploiements de casques bleus concerne l'Afrique !

Guerres en Afrique depuis 1960

  Pays

Nombre
de morts (1)

Types

 

Afrique du Sud

1983-1996

20 000

Guerre civile

 

Algérie

1991-2004

60 000

Guerre civile

 

Angola

1961-1975

50 000

Guerre d'indépendance

 

Angola

1975-2002

1 000 000

Guerre civile

 

Burkina Faso / Mali

1985 -1986

200

Guerre entre états dite "Guerre de Noël"

 

Burundi

1993-2005

100 000

Violences ethniques

 

Centrafrique

2004-2007

 ?

Guerres civiles

 

Centrafrique

2012-2013

500

Guerres civiles

 

Congo Brazzaville

 

 ?

Troubles politiques

 

Congo Kinshasa

1977-1983

10 000

Répression dissidents

 

Congo Kinshasa

1996-2005

4 000 000

Guerres civiles

 

Côte d'Ivoire

2000-2007

3 000

Guerre civile

 

Djibouti

1991-1994

1 000

Rébellion

 

Egypte

1967

 10 000

Guerre avec Israël

 

Erythrée / Ethiopie

1998-2000

100 000

Guerre entre états

 

Guinée-Bissau

1962-1974

15 000

Guerre d'indépendance

 

Guinée-Bissau

1998-1999

10 000

Guerre civile

         
 

Libéria

1985

5 000

Répression dissidents

 

Libéria

1990-1997

40 000 

Guerre civile

 

Libye

2011

20 000

Guerre civile

 

Mali

2012-2013

1 000

Guerre civile

 

Mauritanie / Maroc

1975-1989

15 000

Guerre entre états

 

Mozambique / Portugal

1965-1975

30 000

Guerre d'indépendance

 

Mozambique

1981-1992

500 000

Guerre civile

 

Namibie / Afrique du Sud

1965-1990

25 000

Guerre d'indépendance

 

Nigeria

1967-1969

300 000

Guerre ethnique (Biafra)

 

Nigeria

2001-2004

55 000

Violences ethniques

 

Ouganda

1971-1978

250 000

Guerre ethnique

 

Ouganda

1981-1986

100 000

Répression dissidents

 

Rwanda

1994

1 000 000

Violences ethniques

 

Sierra Leone

1991-2001

100 000

Guerre civile

 

Somalie

1988-2005

100 000

Guerre civile

 

Soudan

1983-2002

1 000 000

Guerres ethniques

 

Soudan

2003-2007

300 000

Guerre civile

 

Tanzanie / Ouganda

1978-1979

30 000

Guerre entre états

 

Tchad

1965-1994

75 000

Guerre civile

Nombre de morts (1)

9 275 700

 

 (1) Estimations selon plusieurs sources

On remarque que la quasi-totalité des pays pétroliers africains sont souvent en guerre civile ! Pourquoi les principaux acteurs de l’affaire Elf – les Sirven, Marchiani, Tarallo, Lethier – sont-ils autant dans les armes que dans le pétrole ? Pourquoi l’affaire Elf a d’abord été une affaire de ventes d’armes à Taiwan ? Tout simplement parce que le pétrole et les armes sont les secteurs de la plus grande corruption, avec des pourcentages de commissions importants, et que cette corruption passe forcément par les paradis fiscaux. Au Congo la guerre entre le nord et le sud en 1997 se résuma entre la lutte pour le pouvoir entre Lissouba soutenu par Oxxy, une compagnie pétrolière américaine, et Sassou NGuesso soutenu par Elf ! Une fois rétabli dans son palais présidentiel ce dernier souhaita s'émanciper de la tutelle d'Elf qui détient de grosses réserves de pétrole au Congo. On s'est aperçu que cette compagnie avait utilisé au moins 350 millions d'euros en caisses noires ou commissions, ce qui fit scandale au point que pour y échapper la compagnie fut absorbée par Total.

Dépenses d'armement en 2012    (en millions de dollars)

 

1

 1er Fournisseurs: Russie

Algérie

9 325 000 000

2

 

Afrique du Sud

4 470 000 000

3

 

Égypte

4 372 000 000

4

 

Angola

4 146 000 000

5

 

Maroc

3 402 000 000

6

 

Libye

2 987 000 000

7

 

Nigeria

2 327 000 000

8

 

Sud Soudan

964 000 000

9

 

Kenya

798 000 000

10

 

Tunisie

709 000 000

                                                                             Total: 33 500 000 000 de dollars

Les 10 pays africains ayant dépensé le plus en armement y ont consacré 33,5 milliards de dollars en 2012.  

Voici la liste des 19 pays actuellement (16 en bleu) et anciennement (3 en rouge) concernés par la politique de la France en Afrique:

      • Bénin (Thomas Yayi Boni: Franc-maçon ou FM)
      • Burkina Faso (ex Blaise Compaoré: FM)
      • Burundi
      • Cameroun (Paul Biya: FM-Rosicrucien)
      • Centrafrique (François Bozizé: FM)
      • Comores
      • Congo-Brazzaville (Denis Sassou-Nguesso: FM)
      • Côte d'Ivoire (Alassane Ouattara + la moitié du gvt: FM)
      • Djibouti
      • Gabon (avec Ali Bongo Ondimba: FM)
      • Guinée (Alpha Condé: FM)
      • Madagascar
      • Mali (Ibrahim Boubacar Keïta: FM)
      • Niger (Mamadou Tandja: FM)
      • République Démocratique du Congo (Joseph Kabila: FM)
      • Rwanda
      • Sénégal (Abdoulaye Wade: FM)
      • Tchad (Idriss Déby Itno: FM)
      • Togo ( Faure Gnassingbé: FM)

La plupart de ces pays font partie des 14 pays qui sont encore forcés par la France à payer "l’impôt colonial pour les avantages de l’esclavage et de la colonisation". (La France aurait fait payer à Haïti l’équivalent moderne de 21 milliards de dollars de 1804 à 1947 pour les pertes causées aux marchands d’esclaves français suite à l’ abolition de l’esclavage et à la libération des esclaves haïtiens.) Les Pays africains paient la taxe coloniale depuis les 50 dernières années.

Histoire d'une colonisation inversée

En 2004 Omar Bongo président du Congo de 1967 à 2009 vient en France avec de grosses valises d’argent en franc CFA. Il reçut quelques élus à l’ambassade (qu’on lui a présenté comme étant des futurs grands de la politique après Chirac). Selon Robert Bourgi qui servit d’intermédiaire, il écrivit dans un papier le nom de 7 élus (parmi lesquels François Copé, Pierre Bédier) et les envoya à Jacques Chirac. Parmi les 7 noms 5 sont devenus des ministres du gouvernement Raffarin ! Le président congolais voulait s’assurer financièrement du soutien des élites françaises. Certains politiciens ont profité de ce genre de "largesses". C'est pourquoi il dit lui même:«La France sans l’Afrique, c’est une voiture sans carburant.»

La partie cachée de l’iceberg de l'exploitation franco-africaine

afrique corruption.jpgPour les pays liés avec la France, celle-ci est le premier partenaire commercial, le premier exportateur ainsi que le premier investisseur. Les accords de coopération et de protection masquent une réalité consternante: la volonté d'exploiter de fond en comble ! Selon les sources du MEDEF le commerce avec l'Afrique a atteint en 2001 un solde positif de 3,2 milliards d'euros, soit autant que celui réalisé avec l'ensemble des pays européens (3,3 milliards). Sans parler des énormes profits réalisés sur des gisements miniers et pétrolifères par ELF et Total ainsi que ceux engrangés par les marchands d'armes (qui ont été remises aux mains des génocidaires) ! En Afrique il est plus facile de blanchir l'argent sale. En Centrafrique sous l'ère Bokassa (1966-1979) la France et la Suisse exploitaient gratuitement les gisements d'uranium et de diamants. Cela rapportait tellement que le premier voyage officiel de Valéry Giscard d'Estaing nouvellement nommé à la tête de l’État fut la République Centrafricaine en 1974 ! Cinq ans après suite à une révélation du Canard enchainé sur l'affaire des diamants le président perdit sa réélection en 1981. Aujourd'hui le Centrafrique est le théâtre d'un jeu politique menaçant de dégénéré en génocide !

Aussi à travers les affaires des marchés publics d'île de France, des financements des partis, des HLM de Paris, de Schuller, de Méry, et celle d'Elf, des voiles se lèvent sur d'énormes sources de financement politique et l'enrichissement personnel dans les années 80-90 : le détournement de fonds publics et les soutien des réseaux françafricains. Les enquêtes de l'affaire Elf ont montré que chaque année environ 100 millions d'euros étaient détournés sur les rentes pétrolières non seulement pour soutenir les régimes "amis de la France" mais aussi pour financer des partis politiques français. Qui est derrière tout ça ? Plusieurs réseaux dont ceux de Foccart comme on l'a vu depuis l’Élysée, mais le plus implanté et le plus idéologique (voire religieux) est assez surprenant.

 Une Afrique logée à la même enseigne

fm afrique.jpg

 fm.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Depuis les années 60, la plupart des chefs d’État d'Afrique centrale furent initiés dans la franc-maçonnerie. Le réseau franc-maçon qui a tissé sa toile depuis Paris semble influencer la politique extérieure de la France à l'étranger. Étrange coïncidence que le président de la République française de 1981 à 1994, François Mitterrand soit un franc-maçon notoire au moment ou d'autres dirigeants connus des loges prennent le pouvoir.

Les obédiences africaines et françaises ont entretenu des liens étroits, ce qui indique que la plupart des dirigeants tri-pontés des pays africains ont été portés au pouvoir par des hommes politiques français eux mêmes adeptes du compas et de l'équerre !

C'est que très tôt, les autorités coloniales ont vu le parti qu'elles pouvaient tirer de l'initiation des pontes africains. En retour, la protection maçonnique leur fut souvent utile: c'est, dit-on, à sa qualité d'initié que Léon M'Ba, premier président gabonais, dut son sauvetage par l'armée française lors du coup d'Etat de 1964. Plusieurs ministres français de la Coopération et autres "Mr. Afrique" appartenaient à une loge maçonnique: Jacques Godfrain (1995-97), Bernard Debré (novembre 1994-95), Michel Roussin (1993-94), Guy Penne (1981-86) avec Christian Nucci (1982-86)."La tendance à l'initiation des hautes personnalités se renforce", confirme un membre du GoLuc (Grand Orient et Loges unis du Cameroun)-Sources

"On compte entre 25 000 et 30 000 francs-maçons en Afrique francophone, dont 15 % de femmes, estime Hervé-Emmanuel Nkom, initié au Grand Orient. Nos soeurs sont bien implantées en Côte d'Ivoire, au Bénin, au Gabon et à Madagascar. » Elles sont avocates, médecins, pharmaciennes, journalistes..." rapporte le quotidien Jeune Afrique (je souligne). C'est sidérant de voir autant de musulmans franc-maçons comme Ali Bongo au Gabon et Alassane Ouattara en Côte d'Ivoire ! Au Gabon cette "religion d’État" est devenue une sorte d’ascenseur social. » Impossible, quand on n’est pas passé sous le bandeau, d’accéder à certains postes, réservés aux « frères ». Quid de la quête de spiritualité ? D'ailleurs, que ce soit lors de sommets africains pour des investitures ou pour la francophonie on voit souvent des chefs d’État porter des colliers franc-maçons.

 

crimes rituels.jpgDepuis 4 ans il semble que la Franc-maçonnerie africaine tente de se débarrasser de l'influence de la "Françafrique". Or au Gabon les dommages collatéraux causés par les vieilles pratiques de ces adeptes continuent de susciter la colère des victimes. Dans ce pays où les meurtres rituels, de plus en plus nombreux surtout en période électorale, restent systématiquement impunis, les gabonais tentent d’ailleurs de se mobiliser. Dans ce contexte la situation semble se retourner au Burkina Faso.

Le ministre français qui voulut en finir avec la Françafrique

Nommé en juin 2007 secrétaire d’Etat chargé de la coopération et de la francophonie par le président Sarkozy Jean Marie Bockel s’était agacé du train de vie luxueux d’une minorité d 'élites africaines vivant de rentes pétrolières quand la population vivait dans la misère comme en Côte d’Ivoire. Omar Bongo furieux fit part à Sarkozy de son désir de le voir quitter le gouvernement. Ce fut chose faite peu de temps après; il fut remplacé par le franc-maçon Alain Joyandet le 18 mars 2008. Ce dernier, après être intervenu pour le règlement de la crise politique à Madagascar, soutint l'arrivée au pouvoir du putschiste Andry Rajoelina. Il fut aussi critiqué pour s'être montré en 2008 aux côtés de putschistes; le Mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz et le Guinéen Moussa Dadis Camara.

  La fin du monopole français sur le Burkina Faso ?

Le 30 octobre dernier, le chef de l’État Blaise Compaoré fait face à un soulèvement populaire contre son projet de modification de l'article 37 de la loi fondamentale limitant le nombre de mandats présidentiels, afin de se représenter en 2015 (il était au pouvoir depuis 27 ans). À la suite des émeutes, lâché par la France, Blaise Compaoré quitte le pouvoir et le chef d’état-major des armées, Honoré Traoré, annonce la création d’un «organe de transition», chargé des pouvoirs exécutif et législatif, dont l’objectif est un retour à l’ordre constitutionnel «dans un délai de douze mois». Le 17 novembre, le diplomate Michel Kafando est nommé président de transition (encore un franc-maçon selon la médaille qu'il porte le jour de son investiture). Il nomme Isaac Zida, premier ministre. Or qui a protégé Blaise Compaoré ? Les Français (rassuré ?) envoient alors un hélicoptère Gazelle des forces spéciales basées à Ouagadougou. L'appareil exfiltre l'ancien président et quelques proches, puis atterrit à Fada N'Gourma tandis que le reste du convoi fait route vers le Bénin. À Fada N'Gourma, Blaise Compaoré embarque ensuite sur un avion français qui décolle pour Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire, où il est accueilli par Alassane Ouattara. Il s’apprête à rejoindre le Maroc. Soit on veut le protéger par devoir maçonnique soit parce qu'il en sait trop et qu'on ne veut pas qu'il soit remis à la justice pour divulguer des informations sensibles...N'est-ce pas la preuve que la petite cellule élyséenne pour l'Afrique est toujours sous influence franc-maçonne ?

Le renouveau colonial largement inspirée par les francs-maçons

colons.jpgSi certaines contributions de la pensée Franc-maçonne sur la société ont été appréciés, d’autres l'ont moins été. Par exemple Jules Ferry (1832-93), le franc-maçon connu pour avoir défendu l’école libre, gratuite et obligatoire est aussi celui qui a clamé le renouveau colonial en Afrique. Il fut un partisan actif de l’expansion colonial française. En juillet 1885, Il évoqua "le droit et le devoir des races supérieures de civiliser les races inférieures". 

Si les jésuites avaient encouragé et accompagné les premières vagues de colonisations, dès le XVIII ème siècle, la plupart des conquérants et administrateurs coloniaux étaient francs-maçons. L'histoire montre que ce renouveau ne s'est pas fait sans violence mais que l'esclavagisme fut une pratique courante. (Les 2 ordres secrets ont longtemps œuvré en toute complicité, l'un pour maintenir culturellement les masses dans la chrétienté l'autre pour y inoculer 'la civilisation occidentale'). Il est donc curieux de retrouver encore aujourd’hui des franc-maçons d'origine africaine dans les loges. Voyez les processions, les chants et hymnes à la gloire de colonialistes; bien que certains soient croyants, la pensée qui y est véhiculé s'articule essentiellement sur l'idée que l'homme doit faire progresser la société (sans Dieu) exactement le contraire de ce qu'on retrouve dans l'esprit du christianisme.

Après la Françafrique la Chinafrique ?

Que peut-il aujourd'hui rester de la Françafrique ? Devenu obsolète officiellement elle se cantonne à opérer au sein des loges. D'autant plus que sur la scène internationale la donne a changé depuis la chute du mur de Berlin en novembre 1989, la fin de la menace communiste et la construction européenne qui ouvrit la voie à d'autres perspectives économiques. Les chefs d’État français ne sont plus que des représentants de commerce attentionnés des grands groupes industriels installés en Afrique. De plus selon hautcourant.com, la France affronte une concurrence nouvelle sur « sa chasse gardée »: l’empire du Milieu. La publication prochaine du rapport du Conseil des affaires étrangères, qui analyse la pénétration chinoise en Afrique, pose la question des conséquences sur les intérêts économiques français. Troisième partenaire commercial de l’Afrique, la Chine bouscule les États-Unis et la Grande-Bretagne. Bientôt la France. Aujourd'hui la Chine importe 35% du pétrole africain et construit à tour de bras dans 35 pays de ce continent. Enverra-t-elle aussi des franc-maçons pour s'assurer de la loyauté des dirigeants africains ? C'est possible.

Combien de cadavres et de troublantes énigmes les placards de la maçonnerie franco-africaine recèlent-elles encore ? Il est difficile d'en évaluer l'ampleur au vu de l'instabilité qui a marqué ce continent longtemps meurtri par des luttes d'influence. Reste que les derniers événements qui secouent encore l'Afrique centrale révèlent que l'implication française dans ces bouleversements ne se limitent pas à des renversements de régime mais à bien plus grave encore. Ils affectent encore toute la région. Dans la prochaine note nous verrons comment cela a complètement désolé dans l'horreur un pays tout entier: le Rwanda malgré des années de censure en France sur ce sujet.

13/11/2014

La déconstruction du mur de Berlin et des dictatures de l'est

Il y a plus de 25 ans qui aurait pu imaginer qu'on verrait s’effondrer l'un après l'autre les 9 régimes communistes à l’œuvre derrière rideau de fer ? Pour cet extraordinaire revirement de situation, on a beaucoup parlé du délitement de l’appareil soviétique ainsi que de celui de l'Allemagne de l'est. En réalité l’effondrement de ces tyrannies s'est opéré suite à l'accumulation de plusieurs facteurs concomitants. Il y a de grandes leçons à tirer de la conduite de certains acteurs de cet incroyable et spectaculaire écroulement des dictatures marxistes... 

 La vie derrière le rideau de fer

Selon les témoignages de personnes ayant vécu derrière le rideau de fer il y a plus 25 ans la vie était rude et ennuyante. Dans cette atmosphère de guerre froide, loin d'être "un paradis sur terre" (comme le régime bolchévique le prétendait à l'époque) il y avait très peu de libertés mais beaucoup de misères et de suspicions. Les opposants et les éléments jugés indésirables voire hostiles au régime furent traqués, emprisonnés et parfois éliminés. Dans ce contexte tyrannique, par la Providence, certains hommes politiques hongrois ont catalysé intelligemment, l'inéluctable décomposition du bloc soviétique.

rideau de fer.gif

 Les acteurs du basculement

  Un édifiant reportage sur Arté ( durant 1h30) de l'évolution des événements en 1989

   GYULA HORN était ministre des affaires étrangères, en 1989, dans un gouvernement hongrois qui s'efforçait d'améliorer ses relations avec les Occidentaux sans pour autant mettre en danger la coopération avec les autres pays du « camp socialiste ». Dans un geste symbolique, il avait coupé, le 2 mai, avec son collègue autrichien Aloïs Mock, les fils de fer barbelés qui marquaient l'emplacement du rideau de fer entre l'Autriche et la Hongrie.

A l'été 1989, dans une Hongrie au bord de la banqueroute, Miklós Németh, un économiste de 40 ans, Premier ministre que depuis quelques mois, découvre des informations sidérantes tenues secrètes par le Parti. Il avait rompu ses relations avec ses parents- des paysans meurtris par les exactions staliniennes-qui lui reprochaient d'entrer au parti communiste. En réalité, s'il le fit c'est pour mieux en appréhender ces dérives...Gênant il fut sérieusement menacé par les apparatchik de l'appareil communiste hongrois. Lors d'une entrevue mémorable avec Gorbatchev, Németh annonce qu'il veut alléger le dispositif de sécurité à la frontière entre son pays et l'Autriche, autoriser le multipartisme et organiser des élections libres. Lors d'une une réunion avec les dirigeants de l'est, le dictateur Ceausescu présent se fit menaçant envers la Pologne et la Hongrie et suggéra à Moscou d'envoyer des chars...Gorbatchev rejeta ce scénario et couvrit le premier ministre hongrois. Németh rencontra plus tard Elmut Kohl qui fut émut jusqu'aux larmes de voir un homme prendre de grandes décisions aussi courageuses. Finalement, le 19 août, Budapest autorise l'ouverture de la frontière austro-hongroise à Sopron. Plus de 660 Allemands de l'Est prennent alors le chemin de la liberté. C'est ainsi que lentement mais sûrement, la chute du bloc de l'est s'est amorcée...

                                 Le quart de l'humanité encore privé de liberté de conscience:              

Ci dessous la liste (exclusif) en 2014 des 31 dictatures méprisant la liberté de conscience (dans lesquelles 'vivent' environ 1 milliard et 700 millions d'habitants):
  • Afghanistan : Ashraf Ghani
  • Algérie : Abdelaziz Bouteflika
  • Arabie saoudite : Abdallah ben Abdelaziz al-Saoud  
  • Bahreïn (Monarchie): Hamed ben Issa al-Khalifa
  • Chine : Xi JInping
  • Corée du Nord : Kim Jong-un
  • Djibouti : Ismail Omar Guelleh
  • Egypte: Général Al-Sissi
  • Émirats arabes unis : Khalifa ben Zayed Al Nahyane
  • Érythrée : Issayas Afewerki
  • Irak : Fouad Massoum
  • Iran: Ali Khamenei
  • Jordanie (monarchie) : Abdallah II
  • Koweit: Sabah IV
  • Kurdistan autonome d'Irak: Massoud Barzani (en cours d'évolution ?)
  • Lybie : Ali Zeidan
  • Maroc : Mohamed VI
  • Mauritanie: Mohamed Ould Abdel Aziz
  • Oman (sultanat)Qabus Ibn Saïd
  • Ouzbékistan : Islom Karimov
  • Qatar  (Emirat) : Tamim ben Hamad Al Thani
  • Russie : Vladimir Poutine
  • Somalie : Hassan Sheikh Mohamoud
  • Syrie : Bachar el-Assad
  • Tchétchénie : Ramzan Kadyrov  
  • Tunisie : Moncef Marzouki (en cours d'évolution ?)
  • Turkménistan : Gurbanguly Berdimuhamedow
  • Tadjikhistan : Emomalii Rahmon
  • Thaïlande: Le général Prayuth Chan-ocha vient d'instaurer la loi martiale face aux divisions internes
  • Vietnam: Trương Tấn Sang
  • Yemen: Ali Abdallah Saleh
Sur ces 30 systèmes despotiques 24 sont musulmans (en vert), 3 dirigés par les communistes (en rouge), 3 par des nationalistes (en noir) et un seul la Russie (en bleu) reste une fédération spécifique aux élans militaristes nationalistes (il  reste le premier exportateur d'armes et le plus grand détendeur d'ogives nucléaires).
 

 

La liberté de conscience face à l'endoctrinement des masses

Ces exemples intéressants démontrent qu'on peut vivre sous une dictature ou dans un système hermétique étant sous l'influence d'une forte propagande conditionnant les esprits sans pour autant la suivre ! L'expérience de Milgram; l'a démontré; 2 personnes sur 3 seraient prêtes à obéir à d'horribles instructions émanant d'une autorité populaire quand une minorité de gens utiliseraient leur conscience. Même si on fait partie d'un appareil arbitraire on peut y vivre  à contre-courant; c'est ce qui s'est passé en Hongrie ! L'exercice de la liberté de conscience fut le facteur majeur de la dislocation des régimes tyranniques de l'est de novembre 1989 à 1991. Tous ceux qui sont victimes de systèmes politiques vide de sens où règnent la terreur, l'embrigadement, l'ennui, le manque de spiritualité et la suspicion pourront tirer de grandes leçons de ces exemples qui montrent qu'on peut rejeter et dire non à la propagande venant de ces systèmes, combien même on y fait partie...Reste que comme l'actualité le montre, aucun système politique humain à l'est comme à l'ouest n'a été exempt de corruption ou d'incompétence.

01/12/2013

Des noms de rues françaises célébrant des tyrans

C'est une curieuse spécificité française dans un pays qui a accueilli la plupart des plus grands génocidaires que de leur accorder un semblant d'honneur sur des avenues, des rues , des bâtiments publics ou des places ! Quel paradoxe au pays des droits de l'homme; voyez par vous-mêmes !

1/Avenue de Stalingrad
av stal.jpg

Avenue de Stalingrad à Bruxelles

Stalingrad est l'ancienne appellation de la ville de Volvograd en Russie sur la rive ouest du fleuve Volga. En avril 1925, la ville fut baptisée Stalingrad (littéralement : « la ville de Staline »). Ce nom est très répandu dans les rues, boulevards, avenues et stations de bus ou de métro...en France !  

 
 

a stal.jpg

Pourtant Joseph Staline dirigea d'une main de fer l'union Soviétique de 1925 à 1953 et fut le plus grand criminel humain de tous les temps, après Mao, en envoyant à la mort directement près de 20 millions de personnes soit en les exécutant soit en les jetant aux goulags ou en les affamant. Le Livre noir du communisme (qui évalue le nombre de morts imputables aux régimes communistes à près de 100 millions en comptant les massacres de guerres, les purges et les disparitions subites comparés aux 25 millions d’Hitler et du fascisme). Les chercheurs spécialisés dans la comparaison de la malfaisance soulignent souvent que Staline a causé davantage de morts qu’Hitler, même si l’on ne tient pas compte des victimes de la famine; ces morts n’ont pas été envisagées de la même manière que ses autres crimes, ou que les meurtres et les gazages d’Hitler dans les camps de la mort. Fusiller ou gazer quelqu’un est plus direct et immédiat qu’affamer une nation entière.

2/ Rue Lénine ( comme à Thénon en Dordogne)

a len.jpg

Vladimir Ilitch Oulianov dit Lénine maître du Kremlin de 1917 à 1924 fit arrêter, torturer, déporter et même tuer des centaines de milliers de personnes pour imposer par la terreur sa dictature à la Russie ! ( Entre 500 000 et 5 millions selon des estimations). Au nom de la lutte anti capitaliste Lénine décrète de nouveaux "droits":

  • Interdiction de manifester
  • Pas de presse syndicale libre       
  • Pas de droit d'association, donc pas de syndicat indépendant
  • Pas le droit de changer de ville ou de province...

Rue "Lénine" à Thénon en Dordogne

Malgré sa santé déclinante, en 1922 Lénine appliqua une politique de terreur contre les opposants. Créant la première police secrète, il prôna une extension de la terreur à toutes les menaces réelles ou potentielles contre le pouvoir soviétique considérées selon son vocable comme des « insectes nuisibles », des « poux », des « vermines », des « microbes », dont il faut « épurer », « nettoyer », « purger » la société russe. Il créa même en 1919, en pleine guerre civile, un système de camps de concentration pour eux ! S'ensuivit une horrible politique de déportation de populations entières comme les Cosaques.

Lénine déclara:"Pas de révolution sans bain de sang. Nous ne faisons pas la guerre contre les personnes en particulier, nous exterminons la bourgeoisie comme classe"

3/Avenue Karl Marx

av km.jpg

col km.jpg

Rue Karl Marx à Bobigny et collège Karl Marx à Villejuif

ka m.jpg     En 1867, quand Karl Marx publia sa grande œuvre, Le Capital, à l’âge de quarante-neuf ans, il connaissait Engels depuis que celui-ci avait travaillé pour son journal à Cologne vingt-cinq ans plus tôt. Deux ans après leur rencontre, les deux hommes s’étaient retrouvés à Paris – où Marx résidait alors – et après dix jours d’intenses débats philosophiques, apparemment copieusement arrosés au vin rouge, ils s’étaient juré une amitié éternelle. Mais, à l’époque, peu de gens savaient que Marx dépendait du fils fortuné d’un capitaliste pour vivre et se délectait de sa vie indolente d’homme entretenu. Quel paradoxe pour celui qui a répandu le virus des révolutions sanglantes anti-capitalistes du XXème siècle !

" S'il y a quelque chose capable de détruire,
Je m'y jetterai à corps perdu,
Quitte à mener le monde à la ruine.
Oui, ce monde qui fait écran entre moi et l'abîme,
Je le fracasserai en mille morceaux
A force de malédictions ;

J'étreindrai dans mes bras sa réalité brutale,
Dans mes embrassements il mourra sans un mot
Et s'effondrera dans un néant total,
Liquidé, sans existence :
Oui, la vie, ce sera vraiment cela ! "

Citation sont tirées du livre de Robert Payne, The Unknown Karl Marx, - Karl Marx inconnu - New York University Press, 1971


« Toute révolution dissout l'ancienne société ; en ce sens, elle est sociale. Toute révolution renverse l'ancien pouvoir ; en ce sens, elle est politique [...] La révolution en tant que telle - le renversement du pouvoir établi et la dissolution des conditions anciennes - est un acte politique. Or, sans révolution le socialisme ne peut devenir réalité. Cet acte politique lui est nécessaire dans la mesure où il a besoin de détruire et de dissoudre. »-Karl Marx

Les révolutions socialo-communistes auraient entraîné la mort d'au moins 100 millions de personnes dans le monde.

4/ Avenue Barère

avenue barère.jpg

      barère.jpg

 

 

 

 

 

 

 

A Tarbes une avenue lui est consacré avec une plaque mémorielle à son effigie...

Qui est Bertrand Barère ?

barere 2.jpgBertrand Barère de Vieuzac nait en 1755 à Tarbes dans une famille bourgeoise liée à l'aristocratie. Avocat de profession, il est en 1789 député de Tarbes. Il préside le procès de Louis XVI et entraîne par ses discours les députés à voter la mort. Il entre ensuite au Comité de Salut Public. Il justifiera avec éloquence tous les massacres, toutes les exterminations. Environ 23% des habitants de la Vendée (hommes, femmes, enfants) sera exterminée en quelques mois : 175 000 morts sur 770 000 habitants (Source : Emmanuel Leroy Ladurie . Vérités sur le génocide vendéen . 1999) ainsi que 23 000 toulonnais massacrés...Au 9 thermidor, quand le vent tourne, il lâche Robespierre. Il sera néanmoins proscrit par le Directoire. Pendant le Consulat et l'Empire, il vivra comme délateur, faisant chaque semaine un rapport à Napoléon Bonaparte sur l'état de l'opinion publique. Il édite un journal xénophobe, le Mémorial anti-britannique. Il sera exilé sous Louis XVIII et reviendra en France en 1830. Il mourra en 1841, à l'âge de 86 ans.


" Les royalistes veulent du sang. Ils l'auront. Ils l'auront, organisé par l'armée révolutionnaire qui selon le mot de la Commune de Paris mettra la Terreur à l'ordre du jour. " " Le vaisseau de la révolution ne pourra arriver au port que sur une mer de sang "-Bertrand Barère (franc-maçon)-1793

5/ Rues des 'révolutionnaires' Marat, Danton,et Robespierre...

rue danton.jpg

a mara.jpg

a rob.jpg

 

 

 

 

 

Quel est le point commun entre ces 3 personnages qui fleurissent les noms des rues françaises ? Ce sont tous des franc maçons révolutionnaires ayant plein de sang dans leurs mains. Ils firent partie du Comité de salut public, un organe du gouvernement révolutionnaire mis en place par la Convention en 1793, pour faire face aux dangers qui menaçaient la République. Formé de 749 membres dont la plupart des franc-maçons, ce comité va orchestrer plusieurs grands génocides en France dont celui des vendéens. Jean Pierre Marat s'illustra comme le publiciste qui appela au massacre de "royalistes" de Septembre; plus de 1 300 morts à Paris et 150 morts dans le reste de la France...

Georges Jacques Danton organisa la prise des tuileries le 10 aout 1792 ce fut le début de la Terreur;  des centaines d'exécutions sommaires eurent lieu, dans les prisons de Paris et en province, du 2 au 6 septembre 1792. Bilan: près de 1100 victimes.

Quand à Maximilien Robespierre il orne le tableau de par la violence de ses propos digne d'un bourreau froid et sanguinaire. Il affirma que le ressort de la démocratie est à la fois terreur et vertu. Il élimina en 1794 les hébertistes, inaugura la Grande Terreur et imposa le culte de l'Être suprême (référence à Dieu le 8 juin 1794) tout en dénonçant la déchristianisation comme une manœuvre contre-révolutionnaire. Il fut guillotiné par la suite. Comment en est-il arrivé là ?

Le 10 mars 1793, la Convention avait créé le tribunal révolutionnaire destiné à juger les crimes commis contre la République. Au début, le tribunal travailla avec une relative modération, mais après la promulgation de la loi sur les suspects (17 septembre 1793) tout changea. Robespierre érigea la terreur en système en proclamant la légitimité du nouveau gouvernement révolutionnaire.

Le bilan de ces terreurs sont lourds; si l'on met de côté les massacres vendéens, entre juillet 1792 et juillet 1794, il y a de 100 000 à 300 000 arrestations et peut-être 35 000 à 40 000 morts ; 16 594 morts (chiffre sûr, celui-là) sont ordonnées par les différents tribunaux révolutionnaires. La grande vague se situe entre le 10 juin et le 21 juillet 1794, après les lois de prairial : 2 554 condamnations à mort en six semaines !

Les crimes les plus odieux sous un paravent de "morales" et de "justices"...

Il y aurait bien d'autres exemples mais on remarque aisément chez tous ceux-ci des points communs frappants. Jésuitisme, franc-maçonnerie, Léninisme, marxisme, communisme sont finalement un seul et même produit sauf que c'est juste son emballage qui change tout comme la lessive. Tout cela explique les déclarations de soutien du Grand orient de France envers les idéologies marxistes. Si ces idéaux de pouvoir fort séduisent les franc-maçons il ne faut pas oublier qu'ils puisent leur essence dans la théologie 'chrétienne' radicale selon l'approche philosophique qu'en fit Hégel. Marx qui était animé d'une conviction quasi religieuse lança en réalité un appel moral pour un monde plus équitable. Il s'approcha donc de la théologie chrétienne radicale des Jésuites qui est le ciment des sociétés secrètes franc-maçonnes. La corrélation est tellement évidente que le Grand Orient de France ne s'en cache pas. D'où la présence des noms de ces "exécutants"-quelles que soient leurs abominations- sur les places publiques là où les franc-maçons et les Jésuites détiennent le véritable pouvoir...C'est ignoble ! Finalement, les crimes que ces idéologues ont perpétré sous prétexte de mener de "justes" révolutions utopistes sont d'inspiration diabolique ou trompeuse. Reste que ceux qui ont concocté et appuyé ces "révolutions" à travers la théologie se sont pourtant fait très discrets; cela fera l'objet de la prochaine note fort intéressante à ce sujet... 

communistes-et-enfants.jpg