Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2012

Une persécution orchéstrée contre les chrétiens au Pakistan qui en rappel d'autres !

Au Pakistan, l'imam Hafiz Mohammed Khalid Chishti a été écroué le 2 septembre dernier pour avoir orchestré une persécution contre les minorités chrétiennes dans le quartier pauvre de Mehrabad, à la périphérie d'Islamabad. Ce fait qui illustre jusqu'où peut mener l'intolérance religieuse sonne comme un écho en France où l'on a vu des personnes influentes monter des stratagèmes de toutes pièces visant les minorités de conviction.

Persécution ignoble organisée au Pakistan

rimsha.jpg

 Le 16 août dernier, l'Imam avait accusé Rimsha une adolescente trisomique illétrée d'environ 14 ans, de blasphème pour avoir, selon des voisins, brûlé des versets du Coran, un crime passible de la prison à vie au Pakistan. Il avait alors mobilisé ses fidèles et fait pression sur la police pour qu'elle arrête la jeune chrétienne. Elle a été arrêtée et maintenue en prison durand plus de 3 semaines en attendant son jugement ! Entre-temps quelque six cents familles chrétiennes vivant à proximité de la jeune fille ont fui dans les forêts proches de la capitale, craignant des violences, après que des musulmans en colère ont manifesté devant sa maison, selon le Whashington Post. Peu avant, des musulmans reprochaient aux chrétiens de jouer de la musique, qui était entendue dans le quartier parfois au moment de la prière musulmane, et souhaitaient reprendre les terrains qu'ils occupaient, selon des témoins. Ce fait scandalise la communauté internationale... comme il embarrasse le gouvernement pakistanais. Il renouvelle, en effet, l'attention portée sur ses lois menaçant les minorités religieuses, explique le New York Times.

Inculpé pour fausses accusations et blasphème

taliban.jpg

"L'imam (Hafiz Mohammed Khalid Chishti) a été arrêté, après que son assistant, Maulvi Zubair, et deux autres personnes eurent affirmé devant la justice qu'il avait ajouté des pages du Coran aux feuilles brûlées qu'un témoin lui avait rapporté", a déclaré un enquêteur de la police, Munir Hussain Jaffri. L'Imam a protesté de son innocence lors de sa comparution devant le tribunal dimanche. "Je n'ai rien fait de mal. C'est de l'invention pure et simple", a-t-il affirmé.

L'arroseur arrosé !

L'assistant et les témoins ont prié l'imam de ne pas fabriquer de fausses preuves contre Rimsha, selon la police. "Mais l'imam Chishti a répondu : 'il s'agit de la seule façon d'expulser les chrétiens de ce quartier'", selon l'enquêteur Munir Hussain Jaffri. "En plaçant des pages du texte sacré sur des cendres, il a profané le Coran et a donc aussi été accusé de blasphème", a précisé le policier.Un tribunal d'Islamabad a ordonné dimanche la détention préventive pour deux semaines de M. Chishti lors d'une audience pour fausses accusations et fabrications de preuves sous haute surveillance policière. La libération conditionnelle n’a pourtant pas encore été accordée à la jeune Rimsha, en prison depuis le 16 août, rapporte le quotidien pakistanais Dawn. Elle encourt la perpétuité. En détention provisoire, l’imam attend d’être jugé à son tour pour avoir profané le Coran. Si sa culpabilité est prouvée, c’est lui qui pourrait être condamné pour blasphème.

Derrière le prétexte de "complot international"

Un nouveau procureur a remis en question, jeudi, l'âge de la jeune fille, et affirmé qu'elle faisait partie d'un complot international visant à ridiculiser l'islam – illustrant la puissance de l'extrémisme qui sévit au pays !

Tandis que le sort de Rimsha sera bientôt connu, l'avocat qui représente l'homme accusant la fillette, Rao Abdur Raheem, a affirmé que si elle n'était pas condamnée par le tribunal, les musulmans pourraient "se faire eux-mêmes justice", comme évoque le Guardian. Comprendre : la lyncher de leurs propres mains.Si le cas de Rimsha s'inscrit dans la lignée d'une longue série d'affaires similaires, où des personnes souffrant de troubles psychologiques et des enfants ont jadis été condamnés à mort, l'année dernière !

Sous la pression internationale, Rimsha a été relachée tout en étant vêtue de vert (couleur symbolique de l'Islam; probablement pour l'humiler davantage) elle et sa famille sont placés sous haute surveillance étant transportés par hélicoptère. L'ONG Human Rights Watch a salué de son côté la libération de la jeune fille, exhortant le gouvernement à « assurer sa sécurité après sa sortie de prison ». L'organisation demande par ailleurs un réexamen de la loi sur le blasphème, qui punit tout crime de ce genre de la prison à vie ou la peine de mort.

Sa libération sous caution ne signifie pas pour autant la fin des ennuis pour Rimsha. La justice n'a en effet toujours pas tranché sur son innocence ou sa culpabilité. Cette jeune pakistanaise âgée de 14 ans ne peut pas quitter le pays avant son prochain procès. Affaire à suivre de très près...

L'oppression des minorités religieuses en France

miviludes.jpgEn France, pour l'avoir vécu, il n'est pas exagéré de dire que nous avons aussi une réplique de cette chasse aux sorcières. A la différence près que la presse n'a pas toujours suivie les cris d'alerte des organisations internationales pointant les atteintes aux droits de l'homme dans l'héxagone. De ce fait, tous les moyens étaient bons pour dénigrer des centaines de milliers de personnes du seul fait de leurs croyances non conformes au religieusement correct. Les corrélations sont évidentes:

  • Des membres du clergé, puis des franc-maçons ont tramés en coulisse des plans afin de stigmatiser des mouvements de conviction et les jeter à la vindicte populaire.Un garde des Sceaux avait demandé à la justice de trouver des preuves contre les dites "sectes". C'est ainsi qu'on a pondu en toute hâte une liste parlementaire visant 173 mouvements sous le vocable péjoratif de "secte" mot qui condamne, d'une certaine façon, à la peine de mort symbolique ces associations. Etre désigné sous cette appelation est devenu une preuve suffisante pour être marginalisé dans tous les domaines de la société !
  • Des fidèles ont perdu leur emploi, et des enfants ont essuyés à l'école des intimidations, insultes et pressions. Des lieux de cultes ont été vandalisés tandis que certains ont été faussement accusés.
  • Les méthodes tendancieuse sans preuves de la MIVILUDES ont été souvent critiqués par les chercheurs et sociologues et désavoués par ses résultats peu probants en justice.
  • Certains de ses membres se sont conduit comme de véritables ayatolaïcs de la pensée inique en réduisant leur focale sur les mêmes bouc-émissaires et en s'acharnant à freiner leurs droits les plus élémentaires (liberté d'expression, de réunion et de culte).
  • L'arroseur s'est vite retrouvé arrosé quand des dérives ont été signalés dans des communautés catholiques et qu'il a été lui même catalogué de "secte adversaire des sectes".
  • Tout comme l'Imam, nous attendons le procès en appel de Georges Fenech concernant un cas de diffamation mettant en cause une association de laïcs catholiques, la Société Française de défense de la Tradition, Famille et Propriété - TFP - dans le rapport annuel de la Miviludes, publié en 2009 pour les activités de l’année 2008. Dans cet attente l'intéressé fait valoir son statu de député en défendant son bilan à la MIVILUDES par le biais des médias et de publicités autour d'un livre qui brasse toujours les mêmes sujets ....Waco, Guyana, l'OTS... 
  • Et face aux nombreux procés gagnés par ses adversaires la MIVILUDES crie au complot tant à l'échelle internationale que nationale pour relancer la croisade...La France a été plusieurs fois pointée et condamnée par des instances internationales des droits de l'homme. Enfin cela nous rappel bien ce qui s'est passé au Pakistan...

En France beaucoup commencent à se rendre compte de cette folle chasse aux sorcières et à prendre recul sur cette propagande insidieusement orchestrée.