Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2013

Des noms de rues françaises célébrant des tyrans

C'est une curieuse spécificité française dans un pays qui a accueilli la plupart des plus grands génocidaires que de leur accorder un semblant d'honneur sur des avenues, des rues , des bâtiments publics ou des places ! Quel paradoxe au pays des droits de l'homme; voyez par vous-mêmes !

1/Avenue de Stalingrad
av stal.jpg

Avenue de Stalingrad à Bruxelles

Stalingrad est l'ancienne appellation de la ville de Volvograd en Russie sur la rive ouest du fleuve Volga. En avril 1925, la ville fut baptisée Stalingrad (littéralement : « la ville de Staline »). Ce nom est très répandu dans les rues, boulevards, avenues et stations de bus ou de métro...en France !  

 
 

a stal.jpg

Pourtant Joseph Staline dirigea d'une main de fer l'union Soviétique de 1925 à 1953 et fut le plus grand criminel humain de tous les temps, après Mao, en envoyant à la mort directement près de 20 millions de personnes soit en les exécutant soit en les jetant aux goulags ou en les affamant. Le Livre noir du communisme (qui évalue le nombre de morts imputables aux régimes communistes à près de 100 millions en comptant les massacres de guerres, les purges et les disparitions subites comparés aux 25 millions d’Hitler et du fascisme). Les chercheurs spécialisés dans la comparaison de la malfaisance soulignent souvent que Staline a causé davantage de morts qu’Hitler, même si l’on ne tient pas compte des victimes de la famine; ces morts n’ont pas été envisagées de la même manière que ses autres crimes, ou que les meurtres et les gazages d’Hitler dans les camps de la mort. Fusiller ou gazer quelqu’un est plus direct et immédiat qu’affamer une nation entière.

2/ Rue Lénine ( comme à Thénon en Dordogne)

a len.jpg

Vladimir Ilitch Oulianov dit Lénine maître du Kremlin de 1917 à 1924 fit arrêter, torturer, déporter et même tuer des centaines de milliers de personnes pour imposer par la terreur sa dictature à la Russie ! ( Entre 500 000 et 5 millions selon des estimations). Au nom de la lutte anti capitaliste Lénine décrète de nouveaux "droits":

  • Interdiction de manifester
  • Pas de presse syndicale libre       
  • Pas de droit d'association, donc pas de syndicat indépendant
  • Pas le droit de changer de ville ou de province...

Rue "Lénine" à Thénon en Dordogne

Malgré sa santé déclinante, en 1922 Lénine appliqua une politique de terreur contre les opposants. Créant la première police secrète, il prôna une extension de la terreur à toutes les menaces réelles ou potentielles contre le pouvoir soviétique considérées selon son vocable comme des « insectes nuisibles », des « poux », des « vermines », des « microbes », dont il faut « épurer », « nettoyer », « purger » la société russe. Il créa même en 1919, en pleine guerre civile, un système de camps de concentration pour eux ! S'ensuivit une horrible politique de déportation de populations entières comme les Cosaques.

Lénine déclara:"Pas de révolution sans bain de sang. Nous ne faisons pas la guerre contre les personnes en particulier, nous exterminons la bourgeoisie comme classe"

3/Avenue Karl Marx

av km.jpg

col km.jpg

Rue Karl Marx à Bobigny et collège Karl Marx à Villejuif

ka m.jpg     En 1867, quand Karl Marx publia sa grande œuvre, Le Capital, à l’âge de quarante-neuf ans, il connaissait Engels depuis que celui-ci avait travaillé pour son journal à Cologne vingt-cinq ans plus tôt. Deux ans après leur rencontre, les deux hommes s’étaient retrouvés à Paris – où Marx résidait alors – et après dix jours d’intenses débats philosophiques, apparemment copieusement arrosés au vin rouge, ils s’étaient juré une amitié éternelle. Mais, à l’époque, peu de gens savaient que Marx dépendait du fils fortuné d’un capitaliste pour vivre et se délectait de sa vie indolente d’homme entretenu. Quel paradoxe pour celui qui a répandu le virus des révolutions sanglantes anti-capitalistes du XXème siècle !

" S'il y a quelque chose capable de détruire,
Je m'y jetterai à corps perdu,
Quitte à mener le monde à la ruine.
Oui, ce monde qui fait écran entre moi et l'abîme,
Je le fracasserai en mille morceaux
A force de malédictions ;

J'étreindrai dans mes bras sa réalité brutale,
Dans mes embrassements il mourra sans un mot
Et s'effondrera dans un néant total,
Liquidé, sans existence :
Oui, la vie, ce sera vraiment cela ! "

Citation sont tirées du livre de Robert Payne, The Unknown Karl Marx, - Karl Marx inconnu - New York University Press, 1971


« Toute révolution dissout l'ancienne société ; en ce sens, elle est sociale. Toute révolution renverse l'ancien pouvoir ; en ce sens, elle est politique [...] La révolution en tant que telle - le renversement du pouvoir établi et la dissolution des conditions anciennes - est un acte politique. Or, sans révolution le socialisme ne peut devenir réalité. Cet acte politique lui est nécessaire dans la mesure où il a besoin de détruire et de dissoudre. »-Karl Marx

Les révolutions socialo-communistes auraient entraîné la mort d'au moins 100 millions de personnes dans le monde.

4/ Avenue Barère

avenue barère.jpg

      barère.jpg

 

 

 

 

 

 

 

A Tarbes une avenue lui est consacré avec une plaque mémorielle à son effigie...

Qui est Bertrand Barère ?

barere 2.jpgBertrand Barère de Vieuzac nait en 1755 à Tarbes dans une famille bourgeoise liée à l'aristocratie. Avocat de profession, il est en 1789 député de Tarbes. Il préside le procès de Louis XVI et entraîne par ses discours les députés à voter la mort. Il entre ensuite au Comité de Salut Public. Il justifiera avec éloquence tous les massacres, toutes les exterminations. Environ 23% des habitants de la Vendée (hommes, femmes, enfants) sera exterminée en quelques mois : 175 000 morts sur 770 000 habitants (Source : Emmanuel Leroy Ladurie . Vérités sur le génocide vendéen . 1999) ainsi que 23 000 toulonnais massacrés...Au 9 thermidor, quand le vent tourne, il lâche Robespierre. Il sera néanmoins proscrit par le Directoire. Pendant le Consulat et l'Empire, il vivra comme délateur, faisant chaque semaine un rapport à Napoléon Bonaparte sur l'état de l'opinion publique. Il édite un journal xénophobe, le Mémorial anti-britannique. Il sera exilé sous Louis XVIII et reviendra en France en 1830. Il mourra en 1841, à l'âge de 86 ans.


" Les royalistes veulent du sang. Ils l'auront. Ils l'auront, organisé par l'armée révolutionnaire qui selon le mot de la Commune de Paris mettra la Terreur à l'ordre du jour. " " Le vaisseau de la révolution ne pourra arriver au port que sur une mer de sang "-Bertrand Barère (franc-maçon)-1793

5/ Rues des 'révolutionnaires' Marat, Danton,et Robespierre...

rue danton.jpg

a mara.jpg

a rob.jpg

 

 

 

 

 

Quel est le point commun entre ces 3 personnages qui fleurissent les noms des rues françaises ? Ce sont tous des franc maçons révolutionnaires ayant plein de sang dans leurs mains. Ils firent partie du Comité de salut public, un organe du gouvernement révolutionnaire mis en place par la Convention en 1793, pour faire face aux dangers qui menaçaient la République. Formé de 749 membres dont la plupart des franc-maçons, ce comité va orchestrer plusieurs grands génocides en France dont celui des vendéens. Jean Pierre Marat s'illustra comme le publiciste qui appela au massacre de "royalistes" de Septembre; plus de 1 300 morts à Paris et 150 morts dans le reste de la France...

Georges Jacques Danton organisa la prise des tuileries le 10 aout 1792 ce fut le début de la Terreur;  des centaines d'exécutions sommaires eurent lieu, dans les prisons de Paris et en province, du 2 au 6 septembre 1792. Bilan: près de 1100 victimes.

Quand à Maximilien Robespierre il orne le tableau de par la violence de ses propos digne d'un bourreau froid et sanguinaire. Il affirma que le ressort de la démocratie est à la fois terreur et vertu. Il élimina en 1794 les hébertistes, inaugura la Grande Terreur et imposa le culte de l'Être suprême (référence à Dieu le 8 juin 1794) tout en dénonçant la déchristianisation comme une manœuvre contre-révolutionnaire. Il fut guillotiné par la suite. Comment en est-il arrivé là ?

Le 10 mars 1793, la Convention avait créé le tribunal révolutionnaire destiné à juger les crimes commis contre la République. Au début, le tribunal travailla avec une relative modération, mais après la promulgation de la loi sur les suspects (17 septembre 1793) tout changea. Robespierre érigea la terreur en système en proclamant la légitimité du nouveau gouvernement révolutionnaire.

Le bilan de ces terreurs sont lourds; si l'on met de côté les massacres vendéens, entre juillet 1792 et juillet 1794, il y a de 100 000 à 300 000 arrestations et peut-être 35 000 à 40 000 morts ; 16 594 morts (chiffre sûr, celui-là) sont ordonnées par les différents tribunaux révolutionnaires. La grande vague se situe entre le 10 juin et le 21 juillet 1794, après les lois de prairial : 2 554 condamnations à mort en six semaines !

Les crimes les plus odieux sous un paravent de "morales" et de "justices"...

Il y aurait bien d'autres exemples mais on remarque aisément chez tous ceux-ci des points communs frappants. Jésuitisme, franc-maçonnerie, Léninisme, marxisme, communisme sont finalement un seul et même produit sauf que c'est juste son emballage qui change tout comme la lessive. Tout cela explique les déclarations de soutien du Grand orient de France envers les idéologies marxistes. Si ces idéaux de pouvoir fort séduisent les franc-maçons il ne faut pas oublier qu'ils puisent leur essence dans la théologie 'chrétienne' radicale selon l'approche philosophique qu'en fit Hégel. Marx qui était animé d'une conviction quasi religieuse lança en réalité un appel moral pour un monde plus équitable. Il s'approcha donc de la théologie chrétienne radicale des Jésuites qui est le ciment des sociétés secrètes franc-maçonnes. La corrélation est tellement évidente que le Grand Orient de France ne s'en cache pas. D'où la présence des noms de ces "exécutants"-quelles que soient leurs abominations- sur les places publiques là où les franc-maçons et les Jésuites détiennent le véritable pouvoir...C'est ignoble ! Finalement, les crimes que ces idéologues ont perpétré sous prétexte de mener de "justes" révolutions utopistes sont d'inspiration diabolique ou trompeuse. Reste que ceux qui ont concocté et appuyé ces "révolutions" à travers la théologie se sont pourtant fait très discrets; cela fera l'objet de la prochaine note fort intéressante à ce sujet... 

communistes-et-enfants.jpg